{{{$data->nom}}}

ORBIS TERRARUM

Jouons !

Durant votre semaine de totale liberté, vous vous familiarisez avec les gadgets dans votre logement mais vous en profitez aussi pour visiter la ville... Vous passez alors un soir devant les Salons Léto. Pourquoi ne pas en profiter pour enfin découvrir LE lieu que tout le monde parle. Peut-être allez-vous vous faire des amis... Réels ou Virtuel ?

Lorsque vous entrez, vous êtes dans l'entrée qui est une sorte de mezzanine qui surplombe une salle immense faite d'une forêt machines de jeu, de tables et de divers espaces plus ou moins intimes pour jouer, boire et manger ou tout simplement discuter. Il y a foule... Beaucoup sont habillés du style cyberpunk...

Lorsque vous payez votre abonnement, l’hôtesse androïde vous apprend que vous pouvez aussi réserver des salons plus ou moins grands tout confort puis vous demande votre accès META qui vous autorise à utiliser les salles Morpheus. Ce que vous avez évidemment, puisque vous êtes un résident privilégié...


c78c1c4c9f8b9a9716f7dd45fcff4442.png




[CONSIGNE : Votre première soirée entre amis, famille ou en solitaire. Vous avez peut-être déjà utilisé la lentille Faunus ou avez inséré votre META ? Racontez-nous votre première expérience virtuelle et vos premiers contacts avec La Lumière... Une fois posté, vous pourrez passer automatiquement à la dernière quête. ]

0

RP posté le

Robotiky adore son nouveau logement. Elle en a profité pour essayer sa lentille Faunus, mais pas longtemps, car celle ci avait de l'apréhension. Elle a trouvé ça gé-ni-al. Et maintenant elle voudrait visiter la ville.

Alors, Robotiky passa devant les Salons Léto. Elle voulut y entrer, car TOUT le monde en parle ! Lorsque qu'elle entre, elle voit une sorte de mezzanine et se rend compte qu'elle est dans une salle immense ! Il y a des machines de jeu, des tables et de divers espaces pour jouer, boire et manger ou tout simplement discuter. Il y a énormement de monde...

Robotiky paye son abonnement et décide de prendre un peu de nourriture. Pendant qu'elle mange des ingrédients délicieux, elle observe les gens. Peut-être fera t-elle bientot des rencontres ? Hm...

Son repas fini, elle décide de "visiter". Elle n'arrête pas de prendre des photos également. Cette ville est formidable !

0

RP posté le

Vitesse... Grisante vitesse qui fait battre son cœur à cent à l'heure ! Sourire carnassier... Sur une moto fantomatique, elle glisse. Son corps bascule à gauche... A droite... Puis elle accélère, son sourire se faisant plus violent encore tant le plaisir est intense. L'adrénaline. Les feus tricolore sont comme des feux follets, des ligaments souples qui survolent sa vision. Les lumières d'une ville imaginaire, au loin se mouvent dans un fond de nuit. Puis soudain, la motarde passe la ligne d'arrivée avec un nouveau record et tout s'éteint avant de revenir au menu principal avec son score qui clignote devant ses yeux.

Dans son siège qui l’a maintien allongée, la fille aux cheveux mauves bouge légèrement. Puis ses mains remontent jusqu'à sa tête pour en ôter la lentille qui vient de la faire voyager au travers d'un module de course. Dans la réalité des salons de jeux, le cœur de la jeune femme s'apaise alors qu'elle se fait à nouveau à la réalité. "Faut que je trouve du fric, pense-t-elle." Pour s'acheter une moto surement. De celles qui volent au-dessus du sol et qui illuminent la route via ses courbures luminescentes.

Lorsqu'elle se redresse enfin, un gamin s'approche avec le sourire et lui lance :


- Hey Ana, encore en train de trainer aux salons... Tu n’étudies jamais ?


Anaël se redresse en l'ignorant et dépose la lentille sur le côté avant de s'étirer de tout son long. Son regard cherche quelque chose. Manger ou passer à un autre jeu ? Semble-t-elle se demander. La grande salle immense des Salons Léto regorge d'appareils de réalité virtuelle diverses et elle en est une habituée. Surtout pour tout ce qui est arcade de jeux de courses et tout ce qui permet de ressentir de la vitesse. Son nom est sur la plupart des records de ces jeux. Et en ce qui concerne ses études, son avance lui permet de donner des cours plutôt que d'en prendre actuellement. Heureusement le District de R&D lui fournit un travail de temps en temps. Bientôt ils l'embaucheront, elle espère... Cela lui changera de son 'argent de poche".

Son regard fut attiré par une autre chevelure violette, avec des tons bleutés en revanche. Une fille qui mangeait tout en prenant des selfies... Anaël sourit. La jeune fille devait être nouvelle. Alors répondant à sa faim, la grande nana demanda un hotdog au bar ainsi qu'un soda et s'approcha de la table de l'inconnue avec un sourire avenant.


- Salut, dit-elle. T'es nouvelle sur OT, non ? J'suis Ana, je peux m'assoir ? Demande-t-elle encore en désignant de la main la chaise en face d'elle.

0

RP posté le

-Oh oui, bien sur, vas-y, Répondit-elle en souriant a Ana. Oui, je suis nouvelle. Et je m'appelle Robotiky. Enfin, on m'appelle Tiky. Tu es ici depuis longtemps ?

0

RP posté le

La fille était du genre sociale et ouverte, ce qui plu beaucoup à la plus âgée. Alors elle sourit plus largement et, du pied, rapprocha la chaise.


- Ouais, ça fait plus de trois ans maintenant, j'suis étudiante.


Elle déposa d'abord sa boisson sur la table puis enjamba le plat du siège d'une jambe pour enfin s'y installer, genoux ouverts, appuie du coude sur la cuisse. Elle enfonça ses dents dans le hotdog avant de lui demander :


- Eh bien Tiky... Enchantée ! Tu te plais à OT ?


Son regard se fit curieux tandis qu'elle mâchait. Ana n'était pas bruyante ni dégoutante dans sa façon de se comporter mais disons plutôt relâchée et, si elle parlait presque la bouche pleine, on n'entendait ni ne voyait ce qu'elle mangeait dans sa bouche. Elle mis d'ailleurs son poing devant sa bouche avant d'avaler et ajouta :


- Tu as testé quelques p'tits jeux ?



[HRP : CONSEIL POUR LE RP > Essaie de développer un minimum ton RP. Pas juste du "parlé" pour aider ton compagnon de jeu à connaitre l'attitude et/ou les expressions, voire les sentiments de ton perso, sa réaction à son environnement aussi... Libère ton imagination et prends exemple sur ceux qui t'entourent. ;-) ]

0

RP posté le

- Oui, j'adore cette ville ! Répondit-elle toute souriante et joyeuse a l'idée d'avoir de la compagnie.

-Pas vraiment. Ah, oui, j'ai essayé ma lentille Faunus !

Puis son rergard parti ailleurs, dans le vide, et elle eu la tête on se sait ou. Elle avait l'air de rêver debout et la regarder était très etonnant.

0

RP posté le

Ana penche la tête de côté en l'observant tandis que la jeune fille se perd dans ses rêveries. Elle se lève et la rappelant à la réalité, lui dit :

- Je suis contente d'avoir fait ta connaissance ! Si tu veux, la prochaine fois je pourrai te faire découvrir deux ou trois arcades ? Et présenter à d'autres joueurs... N'hésite pas en tout cas, voici mon login.


A ce moment là, une lueur apparait dans l’œil META d'Ana et transmet une info à celle de Tiky. Ainsi cette dernière pourra lui envoyer des messages écrits ou vocaux via sa META dès qu'elle en aura envie. Ana lui fait un dernier signe d'adieu et s'éloigne rapidement pour retrouver sa moto virtuelle.

0

RP posté le

Lucian après s'être familiariser avec son appartement et ranger ses affaires décida d'aller en ville, visitant les différents lieux de la ville, se promettant d'aller faire de la plongée dés que possible, la ville vu du dessous devait être magnifique. Il passa par la zone ou il travaillerai dés la semaine suivant puis allant dans la zone la plus animée.

Il arriva devant les salons Léto, il avait vu sur son ordinateur que c'était le lieu le plus populaire de la ville, il observa l'entrée du bâtiment qui était aussi somptueuse que le reste de la cité, et les machines qui constellait l'endroit le remplissait de lumières de toutes les couleurs.

Il se dirigea vers le guichet, s'abonnant aux services proposes, commençant déjà a se questionner sur quel genre de personnages faire, il acheta une boisson fraîche et se dirigea vers le salon qu'il venait de louer, il croisa une jeune femme qui se dirigeait vers un autre salon, elle avait des cheveux mauves qui la faisait détonné dans la piéce, mais ça lui allait à ravir.


0

RP posté le

Après avoir fini mon installation dans mon nouvel appart, je quitta celui-ci dans le but de découvrir cette ville, qui semblait fantastique.

Je déambula dans les rues, un plan sur ma lentille qui m'indiquait où je me trouvais en temps réel, et me donnait le nom des lieux qui méritent d'être visités aux alentours. J'emmagasina un maximum d'informations, qui me permettraient de me diriger sans plan la prochaine fois, et de trouver un peu plus facilement certains lieux utiles.

Finalement je rentra chez moi, mes pas m'ayant ramenés dans ma rue, et m'installa confortablement dans mon canapé. Je pris alors mon Faunus et l'enfila, puis me connecta à un jeu assez simple à comprendre, histoire de découvrir les capacités de cet engin.

0

RP posté le

Quelques jours étaient passés depuis son arrivée dans cette ville tout à fait futuriste. Même au sein de son appartement, le changement était radical. Au début un peu en froid avec sa Carmen, qu'il jugeait un peu trop intrusive, mais il finit assez rapidement à s'y faire, et surtout à comprendre son intérêt. Ici il découvrait les choses, la manière de vivre, les lieux, en bref, il était un peu une sorte de touriste VIP, et au risque de se perdre, ce n'était pas forcément le bon plan de voguer au gré de ses pas au hasard dans la ville.

Non, c'est là que Carmen prenait tout son intérêt, c'était son agenda, son GPS, son pense bête, en bref elle suppléait à toutes les petites choses, les petits tracas de la vie quotidienne, prenant les devants sur les problèmes, les évitant avec brio. C'était carré, efficace, en peu de mot, c'était tout ce que James appréciait. D'autant qu'il suffisait qu'il lui demande de le laisser tranquille pour qu'elle se mette dans une sorte de veille. Un ordinateur de bord avec pareille intelligence artificielle, c'était tout de même un rêve.

Ce jour ci, la question posée par James avait été simple, lui donner un lieu à visiter en ville, et son itinéraire pour l'aller puis le retour. Bien sûr, toutes les informations relatives au lieu, ses horaires d'ouverture, de fermeture, le nom du gérant, tout cela il avait pensé à les demander et c'est donc la tête remplie de toutes ces informations qu'il se dirigea vers les Salons Leto.

Lorsqu'il arriva, en mettant à quelques secondes près, le même temps indiqué par Carmen dans son estimation, il s'arrêta quelques minutes devant pour observer les façades, puis s'y aventura d'un pas assuré. Une fois à l'intérieur, il esquissa un sourire narquois devant la tenue de la plupart, un peu futuriste, mais qui manquait cruellement de goût et de classe c'était évident. Il se présenta à l'androïde qui servait d'hotesse d'accueil, puis lui demanda les informations à savoir sur le lieu : les différentes pièces, leurs utilités, les jeux proposés, bref tout ce qu'il fallait savoir pour se diriger vers la salle la plus adaptée à ses besoins. Et ce fut tout bonnement le bar vers lequel il se dirigea.

- "Un white russian."

Quelques mots au serveur, commandant évidemment un cocktail bien de chez lui à base de vodka et de liqueur de café, puis il s'installa sur un tabouret, s'occupant à allumer un cigare avec la plus grande des attentions. L'amusement viendra après, là il lui fallait surtout s'inspirer des lieux, s'enivrer de son ambiance, et aussi observer les personnes qu'il allait probablement cotoyer de temps en temps ici.

0

RP posté le

Après avoir déballé toutes mes affaires et avoir aidé tout le monde à s’être installé, j’eus envie d’aller me promener. J’attrape donc Violet par le bras et l’entraîne avec moi.

-On sort ! À plus tard tout le monde !

Chacune des îles artificielles était équipée d’hyperloop, pour nous permettre de nous rendre simplement en ville.

-Mademoiselle, veuillez monter à bord, en route pour l’aventure!

Il nous fallut à peine 3 minutes pour arriver en ville.

Je comptais bien rencontrer du monde, et aider ma sœur à s’ouvrir un peu au monde. Nous marchons alors jusqu’à arriver devant le salon Leto, je pris Violet par le bras pour entrer, cet endroit grouiller de monde, un Android a l’entrer nous expliqua tout se qu’il fallait savoir.

Je pris donc une salle Morpheus pour moi et ma sœur, une fois ma lentille installer, je parcoure la liste des jeux disponible et tombe alors sur un nouveau jeu nommé « Victorian Era », il y avait encore peu de joueurs, mais il attira mon attention, j’envoie donc une invitation a ma sœur et m’installe pour commencer.

0

RP posté le

Bon… Je n’étais certes pas très chaude pour sortir de notre nouvelle maison ce soir là mais une fois dans l’Hyperloop. L’excitation me gagne à nouveau grâce à la joie de vivre de ma sœur. Les lumières à l’extérieur sont totalement différentes la nuit. Que ce soit sur l’eau ou au loin dans la ville qui approche à toute allure. C’est tellement rapide que l’appareil coupe bientôt la vision extérieure pour un paysage fictif. Je me tourne vers ma sœur en riant. Elle a réussi à me donner envie de découvrir notre nouveau monde et j’ai hâte de voir ce qu’OT nous réserve. Je me frotte les mains avant de les glisser entre mes genoux, le buste penché en avant vers Rose.

Une fois dehors, je trouve que la ville est vraiment dynamique le soir et aussi lumineuse qu’en journée même si c’est grâce à des réseaux lumineux artificiels. Nous marchons en papotant, j’observe un peu les passants… La population semble plutôt jeune par ici, de fait nous apercevons une grande enseigne qui annonce les « Salons Léto ». Bien… Cela ne me dit rien qui vaille. J’aurais dû deviner que c’était tout juste à cet endroit que m’embarquait Rose. Je lui laisse mon bras et je m’accroche en retour à elle, tout en riant à nouveau devant son enthousiasme.

L’abonnement effectué, nous pénétrons dans le saint des saints. Il y a foule et la place est en ébullition ! Au centre apparemment il y a une démonstration d’un jeu du genre sportif et d’innombrable rangées de joueurs emplissent la salle. Me collant à ma sœur, nous nous dirigeons vers les salons fermés. Après avoir emprunté un couloir, nous entrons dans une salle Morpheus qui m’étonne par son silence et son calme. Bien entendu, nous avons pris ce qu’il y avait de plus cher. Pourquoi nous embarrasser avec le prix si nous avons les moyens d’expérimenter ce qui se fait de mieux et directement sans passer par la case Faunus ou incubateur… Je lâche Rose pour avancer au centre et l’espace prend vie.

« Bienvenue, nous dis une voix semblant sortir de la salle pièce elle-même. Puis-je procéder à la phase de charge ?

- Euh… Oui. Dis-je.

- Bien. Veuillez vous installer confortablement. »

Un halo bleu descend alors du plafond et devient comme une forme ondoyante d’énergie lumineuse. Elle m’environne, m’enveloppe et me soulève telle une plume. Je vois en tournant la tête qu’il arrive la même chose à ma sœur. Des sortes de petits points scintillants se détache de filins bleus et s’approche de mon crâne comme le fonctionnement d’une lentille tandis que le reste de la pièce devient totalement noire. Je ne vois plus Rose, ce qui me fait me redresser vivement.

« Phase de charge terminé. Puis-je procéder au traitement ?

- Ou…i… Répondis-je d’une voix tremblante. »

Je sens alors une intrusion dans mon esprit, la sensation est tel un frôlement le long de la colonne vertébrale et je me laisse aller quelque peu en arrière en fermant les yeux. Je perçois le lien, une intelligence douce qui échange avec moi en silence au travers de mes émotions. Je sens aussi sur ma chair réelle des picotements. Je comprends que Morpheus me soutient et se pigmente sur ma peau pour me faire ressentir le virtuel mieux que jamais.

« Traitement terminé.

Ravis de vous rencontrer Violet. Je suis Morpheus.

Vous êtes dans la Sphère. Vous pouvez créer ici tout ce que vous pouvez imaginer.

Veuillez procéder par gestes, vision et ordonnances vocales.

Commandez et je procèderai. »

Tandis que Morpheus m’explique, la compréhension me vient comme si je voyais les choses. Je sais qu’il s’agit de son emprunte dans mon esprit. Alors je dis « écran » et d’un geste de la main je fais apparaitre un écran virtuel devant moi, je vois au travers du texte de couleur rouge. Je demande dans ma tête la vision l’espace gaming et je vois divers jeux apparaitre. Je reçois alors une notification de ma sœur, je valide et je me sens engloutir dans une autre réalité.

0

RP posté le

Caremac était épuisé par cette journée. Cependant, il avait décidé de faire quelques courses pour remplir son réfrigérateur. Il fallait dire qu'il était gourmand. Le professeur en profita pour visiter la ville, continuant ses pas, il remarqua un petit salon virtuel. Il se rappelait qu'il n'avait pas encore testé cette nouvelle technologie. Continuant d'avancer, il monta dans son appartement, se décidant de ranger les affaires dans les placards et le réfrigérateur. Il soupira avant de regarder l'heure qui lui annonçait que son repos ne saurait que de courte durée.


- Oma met une musique d'ambiance s'il te plaît. Quelque chose de rythmée.


Lorsque son ordinateur mis de la musique, il sortit son vieux livre de recettes. Et oui, la technologie était présente mais, il préférait ses recettes personnelles. Caremac sortit de la volaille et la mit à cuire, en la faisant revenir dans du curry, avec des oignons et des poivrons qu'il avait soigneusement coupé. Une légère fumée émanait de la casserole. Il mis tout cela dans une assiette, avant de se faire rapidement une petite salade avec quelques lardons dans celle-ci. Le professeur s'installa à la table de son appartement, dégustant son plat mijoté avec soin. Il sortit une bouteille de vin rouge, avant de l'ouvrir et de se servir un verre, dont il but une gorgée. Plus tard, il s'installa dans son fauteuil en soupirant...


- Et si je testais ce Faunus...


Ni une, ni deux il mit son faunus sur le visage. Cette sensation qui le prit de court lui donna la chair de poule. Cette connexion.. si proche... il sentait de plus en plus sa conscience comme se détacher de son corps. Le jeune homme frissonna avant de découvrir des possibilités imaginables. Passant la main devant son visage, un écran arriva et affichait divers mondes jeu. Caremac s'arrêta sur l'un qui se nommait "Victorian Era". Il avait toujours aimé cette époque et il sourit en y appuyant dessus, avant de se faire comme aspirer par ce monde.


- Quelle sensation étrange...

0

RP posté le

L’appropriation des lieux s’était finalement faite rapidement. Un lit plus que confortable, de l’espace suffisant pour son corbeau, et un très grand bureau où il put aisément disposer tout un attirail d’outils. Chacun avait son importance, une histoire à raconter, bien qu’elle ne soit que très brève pour certains.

Il avait vite compris que Madame était une précieuse aide, notamment pour comprendre le fonctionnement des nouveaux appareils, qui n’existaient qu’à leur premier stade chez lui. Le Faunus était un concentré de technologies impressionnant. Ressentir les émotions et sensations à travers le jeu était d’une étrangeté indescriptible mais aussi incroyablement génial. Sérace n’avait pu le tester qu’une seule fois, mais le désir de revivre cela était plus fort que la peur qui se dégageait de cette technologie.

Madame lui conseilla d’aller faire un tour aux Salons Léto, un des plus grands lieux pour s’immerger dans des mondes imaginaires, retrouver les bons vieux jeux d’arcade ; ou même acheter à manger. C’était sûrement LE lieu où il fallait aller. Il était possible qu’il y trouve aussi quelque appareil électronique pour le coupler à de vieilles lentilles. Il appréciait l’idée que son corbeau puisse être connecté avec lui dans de multiples mondes-jeux. Il avait déjà vu de grands joueurs intégrer leur chien dans leur jeu, afin qu’ils soient toujours ensemble, même dans la VR.

Il prit le temps d’installer son oiseau avant de partir seul vers ces fameux salons.

*

Le jeune homme pénétra dans une immense pièce, où la foule s’exaltait devant tous ces écrans qui crachaient leur lumière sur les innombrables visages leur faisant face.

Une étrange lumière attira son regard. En s’approchant, il put lire « Morpheus ». Ce nom lui disait quelque chose. Mme Legrand avait dû évoquer ce terme, mais il ne se souvenait plus de sa signification.

La pièce où il entra était petite et sombre, avec une puissante machine accrochée au plafond, telle un vieux lustre prêt à tomber.

- Bienvenue. Veuillez vous installer confortablement.

Le casque suspendu par de multiples câbles semblables à de vifs serpents, tenant entre leur crocs une proie qu’aucun ne peut avaler. Celui-ci descendit doucement vers le crâne de Sérace. Il s'emboîta parfaitement, comme s’il était conçu pour le jeune homme. Les courbures de sa tête étaient entourées par une coque de métal de la même forme, et la visière exactement adaptée à son champ de vision.

Des écrans rouges se matérialisèrent devant ses yeux, et il fut transporté dans des mondes plus extraordinaires et extravagants les uns que les autres.

0

RP posté le

Louise n'avait qu'une hâte, commencer le travail. Elle n'avait jamais été du genre oisive, avait toujours détesté les jours de congé et même une sortie au ciné lui semblait une perte de temps. Alors autant dire qu'une semaine entière de vacances, c'était l'enfer pour la bibliothécaire solitaire. Pour éviter de déprimer et voir un peu de monde, elle se décide enfin, sur les conseils insistants d'Arnold, à sortir un peu de chez elle. Elle quitte l'arc à regret et sort se balader. Ses pas la guident jusqu'aux salons Léto. Hasard ou désir inconscient ?

Louise entre timidement et paie son abonnement sans piper mot. Elle observe longuement la salle et finit par se diriger vers le bar. Elle commande un jus de fruits bio sans pulpe puis se ravise pour un cocktail alcoolisé, espérant que ça l'aide à se décoincer. Peu habituée à l'alcool, Louise, grisée, finit par se laisser tenter pour un jeu de danse. Elle se cale dans un fauteuil, met délicatement sa lentille et sélectionne "start". Elle se laisse prendre rapidement par le jeu et finit par se prendre pour une reine du dancefloor. Après tout, c'est pour ça qu'elle est venue. Pour devenir une autre femme et vivre une autre vie...

0

RP posté le

Après avoir fait un tour dans l'arc pour avoir d'autres sources de conseils qu'Agathe, le jeune aveugle décida de se rendre dans les salons Léto. Le trajet se passa calmement, il entendait pas mal de gens contempler la vue qu'offrait la ville et se remémora les panoramas d'OT. C'est vrai qu'il avait pu être étonné qu'il y ai tant de verdure et que c'était plutôt bien arrangé.

Une fois arrivé aux salons, il eu droit à un debriefing ainsi qu'à un grand nombre de question sur les fonctions de la META qu'on lui avait implanté. Le jeune homme se fit accompagné par une androïde pour vérifier que c'était bien compatible avec les salles Morpheus qui intéressait particulièrement Arthur car elle pouvait lui permettre de revivre comme avant son accident même si ce n'était que le temps d'un jeu. Voyant que tout aller bien et qu'il avait plonger complètement dans l'Arc, l'androïde repartie faire l'accueil.

Arthur passa quelques heures à se balader de monde en monde, à rencontrer tout type de personne puis vint le moment où son temps fut finit. Il sortit de la machine puis se rendit de nouveau à l'accueil pour régulariser son abonnement. Les sensations était différente du Faunus qu'il pouvait utiliser chez lui et elles lui plaisaient énormément.

0

RP posté le

Après quelques jours d'installations, il me semblait que tout était parfait. L'appartement que j'avais acheté était bien plus à mon image. Enfantin. J'avais acheté quelques lumières incrustées dans le mur de manière à changer d'ambiance comme bon me semble grâce à une gamme de couleurs infinies... J'avais aussi achetées quelques vitrines dans lesquelles étaient rangés un bon nombre de figurines, car oui, il m'arrive d'être très peux, un peux, carrément accro à certaines histoires japonaises du nom de mangas... et puis les peluches, n'en parlons pas, j'en ai mise tellement partout et de toute taille que j'ai l'impression de me retrouver dans un magasin pour bébés.

J'étais réveillée depuis quelques heures, observant alors le ciel et les bâtiments surplombant l'horizon... J'avais bien envie d'essayer cette nouvelle installation, le Faunus de son nom exact...Mais pas longtemps, je n'aimerais pas devenir accro à cette machine... Je dois être concentrée dans mes études. Alors je le place sur ma tête, et plonge alors dans une immersion totale. Et je créai alors un personnage, ce ne sera pas mon personnage principal... Mais il me semble être un bon personnage pour commencer dans ce nouveau monde ? The Light Era ? Ce monde m'intéresse énormément... Une fois mon personnage créer, je me déconnecta du Faunus pour retrouver ce ciel bleu magnifique... Mon dieu... J'avais réussi à marcher avec mon avatar ?... Cette technologie n'a donc aucune limite ?... Si je réussi mon premier semestre, je jure de jouer grâce à mon Faunus afin de devenir l'une des meilleures de la cité !

0

RP posté le

- Arrêt : Les Salons Létos, annonça l'Intelligence Artificielle de l'Hyperloop.

- O'Donnell, tu descends là, espèce de vieux débris ! lâcha négligemment Béatrice, que j'avais fais migrer sur ma META.

Je pris sur moi d'éviter de l'invectiver en public comme j'avais l'habitude de le faire chez moi parce que si celle-ci pouvait s'adresser à moi seul malgré que je sois entouré d'inconnus, ce n'était pas mon cas... J'étais suffisamment regardé de travers à cause de mon âge comme ça, il s'agissait qu'on ne me pense pas sénile en plus...

Je pris le temps de me lever paisiblement, faisant basculer une partie de mon poids sur boudbois afin de m'aider à m'extirper de mon confortable siège. Je n'étais pas inquiet de la fermeture des portes du wagon, je savais que Béatrice transmettait à l'IA de l'hyperloop les informations nécessaires à mon bien-être, dont, entre autres, celle signifiant si oui ou non j'étais parvenu à sortir de la rame. Tandis que je m'infligeait une sévère claque mentale, je sentis l'énergie comme un décharge dans mon corps et fit enfin preuve de vivacité, parvenant à trouver une allure de marche normale, à quitter le train à grande vitesse à l'arrêt pour finalement rejoindre un des Salons Létos, "Chapristi". La porte s'ouvrit d'elle même tandis qu'un hôtesse vint à ma rencontre.

- J'ai réservé une salle Morpheus au nom d'Eduard O'Donnell. Béatrice a dû vous transmettre ma requête ainsi que le règlement...

- Effectivement, fit la jeune femme d'une voix cristalline. Je vous en prie, vous pouvez dès à présent suivre le chemin qui devrait se projeter sur votre META.

Et tandis qu'elle me disait cela, je vis effectivement une sorte de marquage lumineux apparaître avec douceur, venant se superposer à la réalité, qui m'indiquait le chemin à suivre pour rejoindre ma salle.

- Magnes-toi le derrière, Ed', fit la désagréable voix de Béatrice, Tu gênes les gens derrière toi...

Je ne pus m'empêcher de grommeler dans ma barbe tout en avançant presque dans la précipitation.

Le Morpheus était un engin complexe et heureusement que Béatrice était là pour m'aiguiller, sans quoi je n'aurais jamais su comment m'y connecter. Bien vite, je fus en suspension dans les airs, perdis peu à peu mes sens les plus primaires pour les retrouver quelques instants plus tard, projeté dans une sorte d'univers vide au sol d'un bleu pur et clair, semblant se refléter sur le ciel sombre. Je devais bien avouer qu'il était assez extraordinaire de constater la capacité de la technologie à percevoir mes moindres caprices avant même que j'en ai la moindre conscience. Quand je m'assis, la chaise, telle que je l'imaginais, était déjà prête à me recevoir. Lorsque je jetai un regard autour de moi, la salle était devenue à l'image de ce que je rêvais de voir, c'est-à-dire une sorte de kiosque au beau milieu d'un jardin florissant et abondant, la nature n'éprouvant plus la moindre retenue. Je mis mes mains en position, un violoncelle apparut entre celles-ci et mes genoux. J'entendis s'élever la voix paisible d'une sorte d'interface mélomane :

- Invitation ouverte, vos partenaires vous rejoindront dans quelques instants.

Une seconde à peine s'écoula tandis que je me concentrais avant que celle-ci vienne faire une nouvelle annonce :

- Mode anonyme partiellement configuré. Vous et vos interlocuteurs ne pourront avoir accès au moindre visuel les uns des autres. Bonne session de jeu !

Je pris mon archet, et entamai un canon de Pachelbel, réarrangé dans un style plus Rock N'Rolls...

Je fus bien vite rejoins par une silhouette sombre à travers laquelle je distinguais un second violoncelle. Puis un troisième et un quatrième... Les archets virevoltaient, certains des bouts de leurs doigts pinçant avec vivacité les cordes des épais instruments. Un instant, je décidai de commencer à user du bois massif comme d'une percutions. Je fus agréablement surpris de voir que mes partenaires présentaient un niveau d'expertise suffisant pour pouvoir me suivre dans mon improvisation. Puis, ce petit interlude terminé, la mélodie reprit de plus belle, gaie et enjouée. Je sentais une si formidable énergie se dégager, que nous parvenions à canaliser avec une sorte d'aisance naturelle. Doucement, nous redirigeâmes celle-ci vers le centre de notre quintet avant de finalement la libérer en un final simple et net mais néanmoins d'une finesse notable.

- Merci beaucoup, dis-je simplement.

Aussitôt, je repris mon violoncelle, commençant un pizzicato entraînant, rapidement suivis par mes partenaires de fortune d'un professionnel remarquable.

Je pris le premier solo avec une détermination sans faille, laissant les émotions me submerger. C'était sa chanson préférée, et en cet instant, j'aurais été pieds et poings liés que je l'aurais déclamée en hurlant tant je me sentais en totale fusion avec l'énergie ambiante. Je sentais ce voile de terreur se mêler à un amour d'un autre temps, comme la relique d'un souvenir intemporel et reminiscent... Je sentis même une larme couler le long de ma joue creuse tandis qu'un sourire s'élargissait sur mon visage. Je voyais cette femme, en robe de mariée théâtrale, courant à travers notre jardin qui s'était de lui-même plongé dans une douce et claire nuit. Elle cherchait cet homme qui la pleurait en chanson tout autour d'elle. Qui lui pleurait son amour, comme une faille béante ouverte dans son être, dans son âme, au regard de la beauté de ce lien qui s'était créé entre eux... Le final fut grandiose tandis que je voyais cette femme s'échapper par un portail dérobé, poursuivant son amant qui s'enfuyait, honteux de cet amour impossible...

- Encore une fois, je vous remercie, je vais terminer seul. À bientôt mes amis, je l'espère !

Cette fois, j'entendis les voix des femmes et hommes qui m'avaient fait l'honneur de m'accompagner me saluer brièvement avant de s'évaporer. Je me retrouvais seul, commençant la lente marche vers la paix.

Je me sentais danser sur mon instrument au rythme d'une lente valse, liant les notes les unes après les autres... J'aurais presque pu me bercer moi-même. Mais l'énergie qu'il me fallait pour transmettre toute la beauté de l'âme pieuse de Bach dans son répertoire me tenait éveillée ! Je sentais comme un vent doucement murmurer autour de moi, un peuple sauvage se mettre à gronder avec une joie si surnaturelle, la fraîcheur d'une nuit d'été au détour des rues allemandes, une église toisant les fidèles, les jugeant avec bienveillance, les invitant à continuer de vivre, à continuer de dormir paisiblement, Dieu s'occupait de tout... Et pourtant, je n'étais pas spécialement croyant ! Les dernières notes étaient un "bonne nuit", un "au revoir" ou plutôt un "à bientôt" accompagné d'un "merci, j'ai passé une très agréable soirée en votre compagnie...

0

RP posté le

Tester la qualité de la synchronisation entre la META et le système informatique du MI6, telle était la mission du jour pour Intégra. Deux jours s’étaient écoulés depuis son arrivée sur Orbis Terrarrum, des jours durant lesquels la jeune femme profita pour se promener dans la capitale, histoire de faire un peu de reconnaissance (et de faire accessoirement quelques courses). Entre-temps, les services secrets britanniques avaient réussi l’opération de piratage et à présent, Intégra leur servait de caméra ambulante. C’était du moins ce que préconisait la théorie, car si quelques essais fructueux avait été menés au domicile d’Intégra, rien ne garantissait le succès et la qualité de la synchronisation une fois l’espionne au cœur de l’action. Il s’avérait donc impératif pour le MI6 de vérifier si la liaison avec la META supporterait les contraintes liées à aux mouvements brusques et aux interférences suscitées par l’exposition à des ondes étrangères.

Ce fut avec cet objectif en tête qu’Integra entra dans les Salons Léto. L’endroit grouillait de monde, si bien qu’elle ne pu s’empêcher d’esquisser une grimace à l’idée de devoir y pénétrer. Presque pressée d’en finir, Intégra s’approcha d’un comptoir. Une hôtesse androïde l’accueillit aussi chaleureusement que pouvait le faire un robot :

- Bonsoir Mlle Marbone. Nous espérons que votre séjour sur Orbis Terrarrum se passe bien. Bienvenue dans les Salons Léto, où amateurs de mondes virtuels et amoureux de s dernières technologies viennent se détendre. Pourriez-vous régler les dernières modalités concernant votre abonnement avant de profiter de nos installations ?

- Oui bien sûr. Répondit Intégra en essayant de paraître la plus à l’aise possible.

Elle attendit que ce détail fut réglé avant d’ajouter :

- Excusez-moi, je crois avoir réservé une salle Morphéus à mon nom…

- Tout à fait, je vais vous y conduire de ce pas. Acquiesça son interlocutrice.

Intégra complimenta secrètement la rapidité du service, qui lui faisait gagner un temps précieux. Plus vite le test concernant la synchronisation serait effectué, plus vite elle sortirait d’ici. L’hôtesse la conduisit dans l’une des salles et présenta l’équipement destiné à l’invitée :

- Voici un Morphéus. Cette technologie présente des propriétés similaires à celle du Faunus, puisqu’elle vous permettra de vous immergez dans un monde virtuel. Celui de votre choix bien sûr. Vous pouvez également décider de jouer à des mini-jeux en solo ou ligne. La différence avec le Faunus est que vous pourrez vous mouvoir librement dans l’ensemble de la pièce grâce à la présence de capteurs prévus à cet effet, sans craindre la présence d'obstacle.

- L’IA comptabilisera donc tous mes mouvements et ce quelque soit leur nature ? demanda Intégra.

- Tout à fait, c’est là l’une des principales qualités du Morphéus. Affirma l'androïde, Son processeur est le plus rapide au monde et la fierté de notre établissement.

- Je vois… murmura l’espionne, visiblement très intéressée par cette information.

- Si vous avez des questions n’hésitez pas à faire appel à moi, je serai ravie de vous assister.

- Je m’en souviendrai, merci beaucoup.

Après un rapide signe de la tête, l’hôtesse s’éclipsa. Intégra regarda le Morphéus, fascinée. Elle espérait secrètement que, de l’autre côté du monde, en Grande-Bretagne, le MI6 enregistrait tout ce qu’elle voyait et que ses techniciens étaient déjà en train de modéliser un prototype 3D de l’engin. Sans plus attendre, Intégra s’équipa. Une voix métallique résonna dans ses oreilles :

« Bienvenue. Veuillez rentrer votre pseudonyme ainsi que votre mot de passe. »

Intégra s’exécuta.

« Bienvenue Gaïa. Vous allez être redirigée vers l’interface d’accueil. »

Un large panneau holographique contenant une multitude de jeux et d’univers virtuels apparut. Afin de tester la solidité de la liaison entre sa META et le service informatique du QG, il fallait un jeu d'action; aussi Intégra choisit-elle le mini-jeux nommé « Gunner » et sélectionna le mode en ligne.

« Bienvenue sur « Gunner », un jeu de battle royal dans lequel s’affronte des joueurs de tous horizons. Votre but : être la seule et unique survivante à l’aide de vos armes et de vos poings. Chaque victoire vous rapportera des crédits que vous pourrez dépenser exclusivement dans les Salons Léto. Que la victoire soit vôtre ! » déclara une voix masculine tandis que le temps de chargement s’affichait sur l’écran.

La jeune femme n’était en aucun cas intéressée par la gagne. Contrairement aux autres, sa récompense ne se mesurait pas en crédits mais en qualité de synchronisation avec le service informatique du MI6. Elle avait d’ores et déjà prévu de se laisser tuer avant d’atteindre le top 5.

La page de chargement disparut brusquement. Intégra fut soudainement projetée dans un décor de monde post-apocalyptique, au milieu de ruines d’immeubles balayées par un vent chargé de sable et de poussière. La voix masculine se fit à nouveau entendre.

« Bienvenue Gunners. Vous êtes actuellement 100 à vous affronter sur le terrain « Ruines d’un monde futur ». Nous vous rappelons que c’est à vous de trouver dans ce décor les armes nécessaires à votre victoire. Par ailleurs tout sortie est définitive, aussi êtes-vous comptabilisés comme perdant dès lors que vous vous déconnectez. La partie débutera à la fin du décompte: 10... 9... 8... »

Intégra profita du temps d’attente pour se familiariser avec son corps virtuelle. Bluffée par la qualité des textures et des graphismes, elle fit quelques mouvements de frappe et constata que Morphéus prenait en compte sa force et sa vitesse actuelle, rendant la chose encore plus réaliste.

Un signal sonore suivit d'un "START" en écriture rouge marqua le début de la partie.

Si les participants se firent timides au début, chacun ne tarda pas à se lancer à l’assaut des adversaires. Après avoir éliminé trois joueurs à mains nues à l'aide de ses connaissances en arts martiaux, Intégra se réfugia au deuxième étage d’un des bâtiments et observa son environnement. Déjà, des joueurs à découverts succombaient aux balles de snipers dissimulés sur les toits. D’autres tombaient dans des pièges explosifs. Intégra, tel un tigre affamé, patienta.Le nombre Gunners diminuait à vu d’œil et bientôt, il n’en resta plus que 20 encore en lice.

Soudain, l’espionne entendit un bruit venant de derrière un mur. Ni une ni deux, elle se retourna. Face à elle se tenait un joueur répondant au pseudo de BlackJack, armé d’un pistolet qu’Intégra identifia presque automatiquement : un Venix 32. Ne laissant pas à BlackJack le loisir de la descendre, Intégra pivota sur le côté, se jeta sur lui, lui décrocha un puissant coup de poing à la mâchoire, se saisit de la main droite du joueur, le désarma par une clé de bras, le plaqua au sol et l’assomma d’un coup de coude bien placé. Puis, elle attrapa le Venix qui traînait au sol et tira une balle dans la tête de BlackJack dont les PV basculèrent brusquement de 100 à 0. Laissant au corps de son adversaire le soin de se dématérialiser, la jeune femme quitta sa cachette. Son coup de feu avait trahi sa position, et il lui fallait maintenant trouver un coin plus sûr. Elle évita de justesse le tir d’un tireur embusqué, qui se trouvait dans le bâtiment d’en face. Intégra roula à terre et se réfugia derrière un bloc de pierre. Elle descendit ensuite les escaliers quatre à quatre, courut en zigzaguant en direction de l’immeuble servant de refuge au sniper et l’arme dégainée, elle attendit à nouveau. L’anglaise se surprit alors elle-même. Le réalisme du jeu, la sueur qui coulait le long de sa peau et l’odeur de la poudre lui avait rappelé ses expériences sur le terrain. Morphéus avait réussi à lui faire perdre durant quelques minutes ses capacités de recul et d’analyse. Intégra se mordit la lèvre, se sentant coupable de s’être si facilement prêtée au jeu.

0

RP posté le

Allez ! Après une sieste, rien de mieux qu'une séance de jeux.


Je sortais de ma chambre, sifflotant la musique de tout à l'heure qui m'étais resté dans la tête. Je cherchais mes sœurs du regard, mais elle n'était pas dans leur chambre, ni nulle part dans la maison d'ailleurs. Mon exitation était retombé.


-"Maman, tu sais où sont les filles ?"

- "les filles ? Elles sont en ville, elles viennent de prendre l'hyperloop. Je crois que Rose voulait expérimentér le salon Leto, ou quelque chose comme ça,"



Ha. Elles y sont allées sans moi. Je commande un billet d'hyperloop à travers ma META


-"Dotty, je prends l'hyperloop pour aller en ville"

-"compris, monsieur"



Le temps pour moi de dévaler les escaliers menant au rez-de-chaussée, de passer la porte et de courir j'usqu'a l'arrêt, la capsule hyperloop que Dotty, notre IA de maison, avait commandé m'attendait déjà. Pourquoi je courrais ? Je pourrais jamais les rattraper, d'ailleurs je ne savais même pas quand est-ce qu'elles étaient parties. Une seule réponse : l'impatience. Je devais l'avouer, j'étais impatient de tester les possibilités offert par les lentilles d'immersion en réalité virtuelle et les mondes-jeux.


Une fois en ville, je me dirigeait vers le salon Leto via la carte affichée sur ma rétine.


Je rentrais dans le salon, ma META atténuait la lumière éblouissante des néons et diminuait le contraste. Le tout selon les paramètres que j'avais préalablement défini. Je passait l'introduction de l'android, et je souscrivis un abonnement. Je pris le forfait premium avec accès à toutes les machines, y compris les plus performantes.


L'endroit était bondé. Je cherchais du regard mes sœur mais je ne les ai pas trouvé. Peut-être étaient-elles déjà parties, peut-être étaient-elles encore là, auquel cas on se croiserai à un moment où un autre de toute façon; pas besoin de les chercher. Autant s'amuser.



Je m'empressais de commander un cocktail pour me rafraîchir, après avoir marché - et un peu courru - puis je me rendis vers morpheus, l'engin le plus puissant des Salons Leto. Même leur cocktails sont aux couleurs flashy de la déco futuriste aux néons colorés et au style néo steampunk. Contrairement à ce que je pensais, il n'y a pas eu besoin de scanner biométrique des yeux ou autre procédure pour décliner son identité, la porte du morpheus s'est ouvert automatiquement, comme si elle savait que j'avais bien payé, peut-être que l'information a été transmise via la META, bah tant mieux. Un casque poser dans les airs, relié par d'énorme câble au plafond métallique de cette pièce ronde et vide. Voilà ce qu'était morpheus. Je m'avançais et je mis le casque.


Lorsque j'ouvris les yeux - j'ignorais si mes yeux étaient vraiment ouverts - je voyais le vide absolu, une sensation étrange, comme une chaleur froide me parcouru l'échine. J'avais lu que la sensation de la première connexion pouvait varier d'une personne à u'e autre selon les sensibilité de chacun. Pour ma part je me sentais étrange mais bien, calme. Je me demandais même si ils ne m'avaient pas injecté un sédatif ou un équivalent, après tout, cette machine pouvait aussi transmettre des émotions. Peut être est-ce de la que viens ce sentiment de béatitude...


Bientôt une voix métallique m'intérompit. Elle m'expliquait le fonctionnement du morpheus, mais à au fur et à mesure qu'elle m'expliquait j'avais l'impression que les idées rentraient toutes seules dans ma tête. Je pouvais créer dans la sphère, l'environnement virtuel de transition d'immersion, tout ce que je désirais.


Je commençais par créer de la brise pour ressentir le vent, puis je rajoutait du soleil, je ressentais la chaleur des rayons. Je m'imaginais sur la plage et presque qu'automatiquement j'entendis le flux et reflux de la mer, je sentis l'odeur de sel de l'air marin c'était vraiment réaliste. Je pouvais me baisser, prendre du sable dans ma main et en ressentir tout les grains.


Un clignement d'œil à suffit à sortir de la simulation. Maintenant je regardais la liste de jeux disponibles je snobait tout les anciens jeux auquel je jouait avant OT, et décidais de tester les fameux mondes jeux. Tiens testons ce jeux : Victorian Era



0

RP posté le

L'idée de sortir de son appartement ne plaisait pas spécialement à Constance, elle s'y était déjà habituée et s'y sentait déjà terriblement bien. Elle n'eut d'autre choix que de se motiver à sortir pour découvrir l'horizon et toutes les nouveautés qui se présentaient à elle. La demoiselle ne pouvait pas restée cloîtrée éternellement.

Gardant toujours la même tenue, elle se décida à quitter la chaleur de son appartement pour découvrir la ville dans son intégralité. La ville parvenait à créer une ambiance spécifique avec les nombreux éclairages mis en place en la nuit. Constance ne pouvait s'empêcher de laisser son regard se perdre dans chaque endroit qui attirait son attention, c'est à dire chaque coin de rue. La demoiselle ne pensait pas croiser autant de personne en cette soirée. La ville semblait jeune et dynamique, pas comme sa petite ville perdue dans le sud de la France..

Finalement, elle parvint jusqu'aux "salons Léta", un lieu qui faisait beaucoup parler de lui d'après ce qu'elle avait compris. Elle s'y aventura et paya l'abonnement demandé. Le lieu était rempli, beaucoup de personnes s'y étaient aventurées pour la soirée visiblement.

La bâtiment était bien plus grand que prévu, pourtant le regard de Constance se fit attirer par une écriture "Morpheus". Elle avait entendu parler de ce lieu et elle savait qu'elle pouvait y accéder. C'est pourquoi elle n'attendit pas une seconde pour pénétrer dans la grande salle. La salle était bien plus petite et plongée dans l'obscurité totale. Heureusement elle avait compris qu'un casque spécifique l'attendait. Elle vint s'asseoir à un endroit visiblement fait pour cette utilité avant de s'emparer de l'étrange casque qu'elle déposa sur sa tête. Le casque avait des dimensions adaptables. Il était confortable et s'adapta parfaitement au crâne de la demoiselle. Lorsque cette merveille de technologie s'activa, les écrans s'allumèrent et Constance fit transportée dans des mondes bien particuliers. Des mondes qu'elle n'avait jamais eu l'occasion d'explorer. Elle pouvait enfin expérimenter de nouvelles expériences passionnantes.



0

RP posté le

Après avoir longuement discuté de la ville avec Cyril, son IA, Paul voulu découvrir la ville de ses propres yeux, non seulement la ville mais aussi ses habitants. Il voulu commencer par découvrir son quartier mais à cette heure tardive, il ne croisa presque personne, il se souvint en revanche que dans cette ville il y a un lieu qui est toujours animé, les Salons Léto. En route, carte devant les yeux, il prit le chemin menant aux salons et vit que l'animation se faisait de plus en plus présente. Ne sachant trop comment aborder sa première fois dans l'univers numérique, il opta, après avoir payé son abonnement, pour acheter une boisson fraîche, s'installer dans un des fauteuils, et c'est là, dossier baissé, presque allongé, que son aventure commence. Il observe l'interface des jeux et des mondes disponibles mais ne voulant pas trop forcer dès le début il filtra les résultats par niveau et choisit un jeu pour débutant.

Faunus enfilé, connexion établie, le voilà transporté dans le jeu.

Wouah ! Cela semble si... réel, pensa-t-il.

Le jeu était un simple jeu de tir pour exercer les novices aux contrôle d'un avatar. Paul prit en main les contrôles relativement rapidement, facile de prise en main le jeu était un excellent choix pour un débutant.

Après avoir expérimenté un premier jeu, il se déconnecta, pris sa boisson et se balada dans les salons observant les personnes qui s'y trouvaient, et carnet en main il commença à écrire et décrire les personnes et les machines qu'il pouvait voir, il en profita pour s'installer à une table, seul et au calme.

0

RP posté le

Shama avait visité plusieurs endroits de la ville. En fait, elle avait même quelques coins préférés déjà. Mais depuis qu'elle sortait, elle n'entendait parler que des Salons Léto. Aussi, pour en avoir le coeur, elle avait décidé de s'y rendre.

C'est le soir, elle quitte son loft, en y laissant son chat, et prend un hyperloop pour se rendre aux Salons. Là elle découvre un monde ultra-coloré. Des couleurs électriques, qui flashent. Pas moyen de louper les Salons. Elle entre, s'arrête, regarde autour d'elle, s'habitue à son environnement, puis s'avance jusqu'à une hôtesse androïde. Après quelques questions, elle paye son abonnement, donne l'accès de sa META à l'androïde :

- Vous avez la possibilité de réserver plusieurs types de salon, et en tant que résident privilégié vous pouvez également utiliser les salles Morpheus. Passez une bonne soirée.

L'androïde laisse Shama et passe au suivant. La jeune femme se glisse dans la grande salle de jeux, indécise quant à ce qu'elle veut faire. Quitte à découvrir de nouvelles choses, autant commencer fort. Elle trouve une salle Morpheus et y entre. Un casque s'y trouve qu'elle enfile.

La réalité de la petite salle disparaît à ses yeux pour laisser place à une immensité stellaire. Mieux que le Faunus ... Shama écouta le tutoriel assez rapide, puis choisit un jeu appelé "Rodéo". Elle se retrouva aussitôt dans un décor du Far-West sauvage, sur le dos d'un cheval. Il y avait de la musique ... c'était si réaliste.

Des croches frappées sur un tambour tendu à craquer. Des pulsations puissantes, qui vivent. Rien d'autre ne résonne en elle.

Sous la peau de ses genoux, elle sent la puissance moite et frémissante. Les muscles énormes, réceptifs, rétifs, bandés. Il y a une volonté pure et obstinée sous elle. Ses mains s'accrochent, son corps est tension. La pulsation. La pulsation. Rester concentrée.

Ses jambes serrent les flancs. Des flancs trempés, chauds, brûlants. Tous les pores de sa peau semblent capter la peur, la colère et la détermination de la bête.

Elle est prête à ruer. Ses muscles se rassemblent. Sous ses mains, elle sent le changement.

Pulsation.

Choc.

La crinière fouette son visage, l'encolure percute son front, sauvagement. Sa tête s'envole. La pulsation s'arrête. Son souffle se perd. Amollissement du corps qui refuse de répondre aux sollicitations de la volonté. Ses mains lâchent prise, inertes sur le garrot. Des points noirs et rouges dansent devant ses yeux.

Ses tempes battent, pulsent, explosent en bourdonnement vibrant. Un instant, elle reste en suspension, alanguie, sur le dos de l'étalon.

Ruade violente.

Le sol la mord, la dévore, arrache des sensations. Brûlure, douleur, urgence de se réveiller.

Adrénaline.

Shama ôte le casque d'un geste, elle halète, surprise, époustouflée par le réalisme, les sensations si bien ressenties. Elle se tâte le corps, le visage ... elle aurait pourtant juré ! Mais non, aucune égratignure. Elle reste un instant là, dans la salle, seule, à reprendre son souffle, le casque en main. Puis elle rejette sa lourde chevelure en arrière, prend une grande inspiration.

Elle a besoin d'un verre.

Elle sort de la salle, et commande un alcool fort.

2
Chevakine
Chevakine a commenté :
<3 (。♥‿♥。)
Publié Fri, 11 Jan 2019 13:22:48 +0100
Lullaby
Lullaby a commenté :
Contente que ça plaise !
Publié Fri, 11 Jan 2019 13:56:33 +0100

RP posté le

Ses yeux s'ouvrirent, il parcouraient du regard le noir infini au-dessus de lui. Qu'est ce qu'il pouvait faire sombre la nuit, sûrement un ciel sans lune. A sa demande intérieure, la pièce s'illumina d'un blanc assez aveuglant, mais une fois sa vue réadaptée à son environnement, il comprit qu'il se trouvait dans son salon. Il avait dû dormir là, sur le parquet tout dur, c'est tout juste si il se souvenait comment il en était venu à trouver le repos à pareil endroit. L'âme du domicile ne s'était pas encore levée, le choix fait était de laisser le caractère de Zoé et sa nature les plus humains possibles, ce qui engendrait souvent des cas surprenants, comme la "grasse mat'" (même si on pouvait se demander comment l'utilisation des différents systèmes de la maison ne réveillait pas l'IA)...


La faim se fit ressentir, et le menu du réveil choisi fut : un bol de chocolat chaud, deux tartines et un fruit. La table fit son apparition dans la pièce et le repas avec.

Alors attablé, son regard se tournait vers le buffet près de l'entrée. Là, reposait à plat, branches ouvertes, de teinte semblable aux objets translucides, la grande plaque incurvée qu'on appelle Faunus...

Il fut confronté à la question du port ou non de son casque... après un moment d'hésitation, le hochement de tête latéral et sa tête se baissant à nouveau sur son bol lui fit comprendre son refus.

Il finit par quitter son domicile pour se promener en ville...


Il n'avait vu que peu de son environnement, tout lui semblait nouveau, même si il en avait eu un aperçu lorsqu'il fut déposé chez lui en début de semaine... tout était tel qu'il avait pu l'imaginer par le passé...

Prenant les transports en commun, dans la rame en amont de la sienne, une personne à la silhouette féminine était assise, aussi étonnant que cela puisse paraître, c'était la première personne qu'il croisa (bien qu'ils soient séparés par les vitres entre les rames). Le reste des voitures était désert.

Alors qu'il s'aprêttait à descendre au prochain arrêt, il vit son reflet dans la vitre, il s'en approcha pour mieux en faire le tour. Le véhicule marqua l'arrêt, il prêta davantage attention à son visage, il n'était plus le même... Les portes s'ouvrant, le premier pas dehors ne se fit jamais réellement, le décor avait disparu et il tombait inexorablement. Mais ce qui l'avait perturbé sur le coup, c'est qu'il était Jack.


***


La Lumière bleue s'était déconnectée de son corps suite au sentiment de stress intense. L'halo bleuté qui l'entourait se résorba vers le haut de la salle, les particules remontèrent en filin vers leur source, sa suspension aérienne prit fin, l'obscurité des lieux fit place à une lumière plus douce. Morpheus, l'IA avait mis fin à sa session, le temps imparti avait été entièrement écoulé.

Regagnant le comptoir du Salon d'Arcade Leto,

" - Tout va bien, M.FORTIN ? Aucun effet secondaire, suite à l'expérimentation de la Lumière ? " fit l'hôte d'accueil


" - Non, aucun. C'est une expérience différente , je dois dire... J'ai l'impression d'être courbaturé..."


" - N'hésitez pas à reprendre contact si jamais des signes post-expérimentaux venaient à se manifester, nous pouvons vous inscrire dans des salles adaptées avec des systèmes différents et des casques..."


" - Très bien, mon abonnement a-t-il bien été régularisé durant ma session ?"


" - Cela a été fait. Je vous laisserais prendre de quoi vous revitaliser auprès de mes collègues au comptoir du fond."

0

Message d'avertissement

Ce RP est réservé à un public majeur et averti, il contient des contenus à caractère sensible pouvant choquer les lecteurs. En cliquant sur "LIRE" vous certifiez avoir pris connaissance des obligations suivantes :

- Être majeur selon les lois françaises, et que ces lois vous autorisent à accéder au service;
- A ne pas soumettre ces contenus à des mineurs, sous peine de sanctions pénales;
- A ne pas poursuivre l'éditeur de ces contenus par toute action judiciaire.

Voir les conditions générales d'utilisation du site Infinite RPG.

RP posté le

- Maman, tu sais où sont les filles ?

- Les filles ? Elles sont en ville, elles viennent de prendre l'hyperloop. Je crois que Rose voulait expérimenter le salon Leto, ou quelque chose comme ça.

Melissa avait à peine eût le temps d’entrevoir son fils que déjà celui-ci avait dévalé les escaliers à toute allure et avait disparu à travers la porte d’entrée.

- Amore, je crois que nous n’avons plus d’enfants, lança-t-elle à son mari tout en se servant un verre d’eau fraîche.

Elle alla le rejoindre au salon et s’installa à côté de lui.

- Tu veux rester ici au calme à profiter de la vue, ou on profite de notre soirée en amoureux pour aller nous promener ?

Bien évidemment, et comme le concerné s’en doutait certainement, la question de sa moitié était orientée. Ils venaient tout juste d’arriver dans un monde complètement nouveau, et cette maison, tout comme cette vue, allait certainement les accompagner pour le reste de leurs vies. Par contre, leurs enfants étaient déjà en vadrouille à découvrir tout ce qu’ils pouvaient sur cette nouvelle cité, et ils ne manqueraient pas de lui en faire le récit à leur retour. Il était hors de question qu’elle découvre tout cela à travers les découvertes de ses enfants. Bien qu’elle soit habituellement d’un naturel calme et posé, elle se sentait l’âme d’une adolescente face à tout ce que ce monde avait à lui offrir. Et dès demain, elle attaquerait les choses sérieuses, donc autant profiter à fond de cette première journée.

Les amoureux consacrèrent ainsi les dernières heures de jour de cette belle journée de printemps à se balader à travers les villes, pour repérer les lieux, se repérer, ou tout simplement s’extasier devant les merveilles qu’avait à offrir Orbis Terrarum.

A la nuit tombante, Andrea et elle suivirent plus ou moins le flot des gens, inexorablement attirés, un peu comme les insectes, par le bruit et la lumière. Ils arrivèrent alors à proximité des salons Léto. Catherine Legrand les avait mentionné à leur arrivée. Elle avait évoqué des espaces pour se connecter au monde virtuel.

« Un salon Morpheus, s’il vous plaît » demanda-t-elle poliment à l’hôtesse, tâchant d’élever sa voix au-delà du brouhaha ambiant.

Quelques instants plus tard, ils furent tous deux confortablement installée dans une pièce aussi insonorisée que la salle de musique de leur maison. Plus aucun bruit de la salle d’arcades mitoyenne, pourtant si tonitruante, ne pénétrait en ces lieux. Un verre à la main, Melissa trinqua avec son mari et bût une gorgée de vin. Elle regarda le casque un instant et le prit entre ses doigts.

« ... à la trois ? » plaisanta-t-elle en le posant alors sur sa tête.

Une sensation étrange l’envahit, comme une espèce de fourmillement, du bout de ses doigts jusqu’à son crâne en remontant le long de ses vertèbres. Cela ne dura qu’une fraction de seconde.

« Synchronisation en cours. Veuillez ne pas déconnecter l’appareil. »

La pièce autour d’elle s’effaça. Elle n’était plus entourée que de brouillard, comme plongée dans des limbes infinies. Elle n’osa d’abord pas bouger, puis fit un pas, puis deux, mais rien ne se passa.

« Synchronisation en cours. La synchronisation peut prendre plusieurs minutes, uniquement à l’occasion de la première connexion. »

« Activation de la synchronisation de groupe. »

Andrea apparût à ses côtés. Melissa sursauta.

« Ah, tu es là. »

« A quel monde souhaitez-vous vous connecter ? »

Un menu défilant apparût alors devant leurs yeux. Il y avait beaucoup de titres, dont peu lui parlaient. Il fallait dire que c’était possiblement la première fois de sa vie qu’elle jouait à un jeu vidéo. Non, ce n’était pas exact. Elle avait déjà joué quelques fois avec son fils, mais à jamais rien d’aussi évolué que cela.

« Tiens, ça. « The Lights Era ». » L’ère des lumières était après une période d’une extrême richesse intellectuelle. Rien que sur le plan musical, ...

« Souhaitez-vous valider ce choix ? » l’interrompit la voix synthétique.

Melissa valida. Une lumière vive envahit brusquement les limbes, l’obligeant à fermer les yeux l’espace d’un instant. Lorsqu’elle les rouvrit, tout autour d’elle fut métamorphosé. En lieu et place de cet espace nébuleux grisâtre où elle avait l’impression de flotter, elle se retrouvait dans un salon de palais du 18ème siècle. Dans la cour de quel royaume ? ça, elle n’aurait su le dire. Si elle appréciait grandement la musique qui avait pu être créée à cette période, elle était nettement moins compétente en matière de marqueterie, tapisserie ou autre menuiserie. Elle baissa les yeux sur sa tenue et découvrit qu’elle était toute corsetée, et engoncée dans une robe de taffetas posée sur des séries de jupons et de paniers, qui limitaient ses mouvements. Sur sa tête, ce qui semblait être une perruque, surmontée d’un chapeau tout de rubans et de plumes.

La belle italienne regarda alors autour d’elle, à la recherche de sa moitié, supposée l’accompagner dans cet univers étonnant.

Perruque poudrée, brocart, culotte courte et bas de soie. Andrea avait beau avoir des traits différents dans cette réalité virtuelle, Melissa ne pût s’empêcher de reconnaître là son mari. Surtout, elle identifia cette tenue à ses véritables traits, sa carrure d’ancien boxeur et d’amateur de salles de sport.

La blonde éclata d’un fou rire incontrôlable. Elle s’arracha le casque des yeux, rompant ainsi le lien avec le monde virtuel, et s’effondra sur la banquette, incapable de reprendre sa respiration. Son mari, passablement vexé, avait également quitté le monde virtuel et lui jetait maintenant un regard noir.

- Amore mio, le siècle des Lumières, ce n’est pas fait pour toi et moi.

Peut-être valait-il mieux à l’avenir qu’ils évitent d’essayer de jouer ensemble. En tout cas dans ce monde-là. Melissa partit de nouveau d’un grand éclat de rire.

0