{{{$data->nom}}}

ORBIS TERRARUM

Scène libre : [RP OUVERT : The Lights Era]

Créer une scène libre Répondre

RP posté le

Après avoir envoyé un message via sa META, Anaël pénétra dans les salons. Robotiky ne lui avait pas répondu... Mais elle espérait la retrouver quand même là bas, là où elles s'étaient rencontrées. La jeune fille rêveuse ne semblait pas tout à fait à sa place et Ana' se proposait comme sorte de marraine pour l'initier. Aussi, se dirigeât-elle vers une table bien en vue au cas où...

Une fois assise, elle regarda à droite, puis à gauche, sûrement à l'affut d'une chevelure violette. Puis finalement, elle s'enfonça dans son siège, son regard se perdant dans le vie tandis que son esprit surfait sur l'Arc. Ana' avait déclenché la vision de sa META pour visualiser des images de motos hyper rapides qui lui plaisaient.

Au bout d'un moment, elle eu soif, donc elle concrétisa sa vision au centre de la table connectée et un hologramme représentant une moto apparue devant elle grâce au système de l'Arc qui reliait le réseau à l'écran au milieu de la table. Ana' en profita pour commander à boire à un droïde qui passait par là...


[CONSIGNE : Robotiky, copie/colle ceci : [1d10] dans ton prochain post, envoi le, puis fait un nouveau post avec ton RP. Le premier post fera un jet de dés automatique et selon le nombre que tu auras obtenu, tu gagneras un objet.]

0

RP posté le

[1d10]

Robotiky décida d'entrer.

Elle reconnu la jeune fille de la dernière fois et s'approcha d'elle.

-Je peux m'assoir ? Dit-elle en regardant la chaise vide en face d'Ana.

Lancers de dés :
[1d10] = 2
0

RP posté le

Souriant à son approche, Ana' se redressa et hochât la tête lorsque Robotiky demanda à s'assoir. Se demandant toujours pourquoi elle se faisait appeler par un pseudonyme.


- Ouais, vas-y... Lui répondit-elle sur un ton léger. J 'suis contente de te voir ! Tu vas bien ?


Ana' la laissa s'installer et si besoin commander quelque chose. Elle avait du mal à savoir ce que la jeune fille pensait... Son regard se braqua un peu sur la plus jeune, cherchant dans ses yeux des réponses. Puis, elle posa ses deux mains à plat sur la table comme si elle allait déclarer quelque chose de super important !


- J' voulais te proposer un truc... J'ai réservé un salon privé pour qu'on puisse jouer confortablement et que je puisses te montrer et t'expliquer ce qu'il est possible de faire sur l'Arc. Ça te dit ? Je pensais à un jeu sympa, genre on incarne des filles nobles de l'époque des Lumières, tu sais... Avec de grandes robes de princesse et tout...

0

RP posté le

-Oui, ça va très bien, merci.

Elle s'assit. Elle commanda une boisson pour se rafraichir.

Elle ecoutait ce qu'Ana lui disait puis répondit :

-Oh, ce serait cool ! C'est gentil de ta part !

Elle sourit.

0

RP posté le

- Super !


Ana' la laissa un petit moment pour se rafraichir et en profita pour lui demander comment ça se passait pour elle, l'école et tout ça... Puis elle revint rapidement sur le jeu en question. Elle lui expliqua que c'était un tout nouveau jeu qui venait de sortir parmi d'autres mais plus simples que les autres. L'environnement, c'était un univers historique au XVIIIème au Royaume-Uni. Il fallait jouer le rôle d'un ou d'une aristocrate anglaise et faire son petit bonhomme de chemin dans la haute société. Jeux politiques, sociaux et bals en tout genre devraient être leur divertissement. Ana' se faisait déjà une idée de son personnage...


- Si t'as fini, allons-y !


La grande conduisit la plus jeune jusqu'à une salle. C'était en fait un petit salon blanc confortable avec des fauteuils gris, une petite table noir et deux Faunus posés sur cette dernière. La jeune femme attrapa le sien et s'installa dans un fauteuil. Avant de le mettre elle dit à Robotiky :


- Une fois que tu es connectée à l'Arc, tu recherches le jeu "The Lights Era" puis une fois que tu t'es inscrite, avant de te lancer dans la partie, tu enregistres mon login. Nous pourrons alors nous retrouver dans le jeu.


Sur ces derniers mots, Ana' tapota le canapé à côté d'elle pour que Robotiky s'installe pas loin. Puis elle enfila sa lentille et sa META se connecta au Faunus automatiquement. L'esprit d'Ana' effectua une demande de recherche à l'Arc et le nom du jeu lui apparut. Une voix lui demanda si elle voulait plus d'informations, Ana' lui répondit que non et ordonna "inscription".

Elle se retrouva alors sur l'interface du jeu où elle devait choisir son apparence, un nom, une caste etc. Ana' se fit un personnage roux, une jeune fille de bonne famille qu'elle appela Eugénia. Elle était la fille d'un simple Baron du centre du royaume d’Angleterre. Ce fut assez rapide pour elle et une fois qu'elle valida son inscription, elle se retrouva dans la peau de son personnage comme dans un boudoir, ce qui était l'interface préalable avant de se lancer dans une nouvelle partie. Alors elle lança une invitation à Robotiky, ainsi elle n'aurait pas a chercher, elle pourrait directement la rejoindre via sa notification.


Eugénia attendit donc d'avoir la confirmation de Robotiky. Une fois qu'elle l'aurait acceptée, Robotiky devrait apparaitre dans son avatar près d'elle, elles pourraient alors se lancer dans une partie ensemble...



[CONSIGNE : tu peux suivre l'exemple de mon RP. Tu n'as pas créé de personnage virtuel sur le JdR mais tu n'es pas obligé. Moi, je vais poster avec mon compte de Anaël et à chaque fois que je vais poster, je mettrai l'image de mon personnage du jeu Eugénia. Tu peux faire de même, ou te créer un personnage sur le JdR via "créer un personnage" sauf que dans ta fiche tu cocheras "personnage virtuel" au lieu de personnage réel".]

Voici Eugénia (je la mettrai devant mon RP à chaque post) :

0206ae43624e9618a0ff0f476cf1631b.png

0

RP posté le

ed715b6f58c61007060145bcb38e3ca8.png

James avait reçu le conseil de celle qui l'avait accueilli dans cette nouvelle ville, dans cette nouvelle vie. Continuer de s'adapter, se faire à ces nouvelles manières de vivre, et surtout découvrir l'immensité de ce que pouvaient offrir les salons LETO, quel nom étrange d'ailleurs. A première vue, il n'y s'y serait jamais intéressé, après tout, il y avait bien trop de référence à la mort dans le nom, et ce n'était clairement pas son ambition première : mourir. Mais cela faisait partie intégrante de cette ville, ces casques, lentilles, ces réalités alternatives, ces mondes extérieurs dans lesquels les limites étaient levées.

C'est donc après ce genre de réflexion que le russe aussi coquet qu'il pouvait se le permettre, c'est à dire moustache et barbe taillées au millimètre près, cirées, costume trois pièces, il dénotait un peu dans le monde dans lequel il vivait, bien plus axé technologie, look steam punk, bref c'était peut être une sorte de vilain petit canard, mais le style c'était comme une extension de soi après tout. Il arriva dans le fameux salon LETO et observa les alentours, voyant déjà quelques personnes connectées à des machines, assis dans des fauteuils qui semblaient confortables.

Il fit de même de son coté, se postant à quelques pas d'un groupe de personnes, ni trop près, ni trop éloigné, histoire d'avoir sa liberté sans imposer sa présence aux autres. Il enfila sa lentille et commença à "surfer" sur les possibilités qu'elle offrait. Il s'arrêta d'ailleurs sur un jeu qui lui arracha un semblant de sourire : un monde sur l'époque des lumières, The Lights Era, dans lequel il pouvait incarner un personnage durant cette époque en Grande Bretagne. Tant pis pour le pays, ce n'était pas nécessairement celui qu'il aurait préféré, mais c'était quand même la période la plus prolifique en terme de bon goût vestimentaire selon lui. Il s'inscrivit donc tranquillement et créa son avatar, optant pour un aristocrate britannique, officier dans l'armée du Roy.

Il ne restait plus qu'à lancer le jeu et le voici déconnecté de la réalité, dans la peau d'un autre, découvrant un autre monde, une autre ère, dans un costume au ton bleuté.

0

RP posté le


Lucian était en congé, et avait décidé de sortir pour aller aux salons Letos pour une vois, rencontrer des gens et se sociabilisé un peu. Il s'installa dans un des fauteuils, commandant une bière, et la sirotant tranquillement tout en surfant sur la boutique de jeu du Faunus. Lisant les descriptions pour voir ce qui pourrait le changer de Space Universe. Il tomba alors sur un nommé The Lights Era proposant d'être un noble à l'époque de la reine Charlotte et de participer aux différents jeux de pouvoir. Il trouva le concept intéressant, même si les jeux politiques n'étaient pas sa tasse de thé.

Il se connecta au jeu et s'inscrivit, s'enfonçant ensuite dans son fauteuil plus confortablement et laissa son esprit entrer dans le jeu, il ne se cassa par trop la tête pour son personnage, utilisant sa propre apparence, il choisit d'incarné un lord de la région de Manchester en visite à Londres pour affaire. Sa tenue était d'un noir d'encre qui tranchait avec ses cheveux blancs, il portait un manteau, un veston, un pantalon et des bottes, pouvant ainsi se déplacer avec facilité.


Sa tenue : 36785e52b9409d6de203964f792f2ff0.png

0

RP posté le

7377ffdac6254013fd5b5abc1c959d92.png

Jane

Je crée donc mon avatar, que je nomme Jane, la fille d’un grand duc, je garde mon apparence, je ne voulais pas m’embêter avec ça. J’ai donc seulement choisi une tenue pour mon personnage et entre ensuite dans le jeu.

Il y a avais déjà quelques personnes a l’intérieur.

Je fis un tour sur moi-même pour laisser ma longue robe tourner, elle était tout aussi blanche quand la neige.

- Parfait ! Et si j’aillais voir les joueurs déjà connectés… Violet me rejoindra.

Je m'approche donc des autres d'un air timide pour entamer la conversation.

0

RP posté le

Je me trouvais dans un boudoir... Bon. Ah oui ! Mon avatar... Je pris un certain temps, ou plutôt un temps certain pour construire la jeune fille que j’interpréterai. Tantôt elle était blonde, tantôt brune, tantôt les yeux verts, tantôt les yeux bleus. Maintenant je me regarde dans le miroir et je me dis que je n'ai rien d'une anglaise... Tant pis ! Elle est magnifique, enfin... Je suis magnifique mais celle que j'ai en face de moi n'a absolument rien à voir avec moi. Certes brune comme moi, cependant il y a dans ses cheveux des reflets auburns que je n'ai pas et son regard abrupt ne ressemble en rien au mien. J'ai l'impression de mettre faite à l'opposée de moi même en stature et tempérament. La femme que je vois semble faite de feu et j'aime à me dire que c'est ce que je cache au fond de moi. Je sais bien que je me trompe pauvre créature froussarde que je suis mais il faut bien se remonter le moral. Ce jeu va peut-être me permettre de m'oublier et de devenir une autre en quelque sorte...

Je termine donc de lui constituer un Background. Fille du Marquis De Clare, dont le Domaine dépend du Duché de Newcastle, et dont l'épouse est d'origine Écossaise. D'où l'aspect sombre de son physique, je veux dire de mon physique ! Je suis fille unique et après moi s'éteint notre lignée, c'est pourquoi réside sur mes épaules une lourde tâche... Celle d'épouser un grand nom plus qu'une richesse. Celui que je choisirai, ou plutôt que l'on m'imposera héritera de notre domaine, de toute notre richesse et du titre de mon père. Pour vous dire que la demoiselle que je suis, n'est très certainement pas en joie de se retrouver sur le marché du mariage. D'ailleurs, elle a résisté jusqu'au bout et c'est seulement à 18 ans qu'elle fait sa première saison au lieu des 16 ans requis pour une première apparition dans la Bonne Société Anglaise. Bien, j'ai terminé, maintenant... Validé !


af159fe1c4b3841236c53c4fc10ac388.png

Passion fait un mouvement brusque et ses jupons tournent avec elle. Violet n'existe plus et même son psycho semble avoir déserté pour ne faire plus qu'apparaitre cette... Jeune et sombre jeune fille. La double personnalité ne se confronte plus, c'est Passion De Clare qui décide maintenant pour elle même. Prenant ainsi son destin en main, elle empoigne ses jupes et apparait au grand jour. Elle s'approche de Jane d'un pas sûr comme si elle était connectée à elle, ce qui est le cas puisque la joueuse derrière Jane l'a en quelque sorte parrainé en lui envoyant une invitation. Ainsi, elles peuvent se reconnaitre. Cependant, Passion joue le jeu jusqu'au bout et fait comme si elles se rencontraient pour la première fois en faisant mine de la bousculer légèrement :

« Oh ! Milles excuse, je ne vous avais pas vu ! »

Les présentations ne pouvant se faire que par une connaissance, Passion ne pouvait faire autrement pour entrer en contact avec une personne inconnue. Ainsi, les hommes ne pouvaient approcher librement et directement les jeunes filles qui pouvaient les intéresser. Tout se devait d'être public. Elle sourit donc a Jane et souffla :

« Je m'appelle Passion et vous ? Pardonnez mon impolitesse, mais je ne connais personne ici et j'ai affreusement besoin d'un amie... »

Un petit rire coquin traversa ses lèvres qu'elle cacha derrière son éventail.


0

RP posté le


e70b7d3d079023b45610359128d1d47e.png

J’entre alors dans son jeu, lui souriant.

- Enchanté de te rencontrer Passion, je suis Jane. Et je suis heureuse que vous veniez me voir, personne n’osez parler…

C’est alors qu’un PNJ apparaît. On pouvait reconnaître facilement les PNJ des personnages joueurs grâce à notre lentille. Elle s’approcha de nous et se mit à parler.

- Bonjour, je me nomme Louise, je suis ravi de voir du monde ici, permettez-moi de vous présenter aux premières personnes arrivées justes avant vous…

Elle nous emmena donc jusqu’à trois personnes déjà en jeu, aucun d’entre eux n’avait encore fait le premier pas. Il y avait une femme et deux hommes. Tous porter de magnifiques tenues.

- Les amis ! Bienvenue a tous, je suis ravie de tous vous voir chez moi, mais je vous en prie faite donc connaissance ! Dis Louise sur un ton enjoué.

Je tourne alors la tête vers eux et fit une révérence.

- Enchantée, je me prénomme Jane. Dis d’un air réserver.

0

RP posté le

Caremac arrivait durant sa semaine de congé. Malgré sa grande timidité le jeune homme décida de se diriger vers les salons Léto. Frissonnant, ce nom lui faisait penser à létal... Le professeur balaya tout de suite cette idée de la tête et poussa la porte. Il salua chaleureusement les environs, armés de son sac en bandoulière. Se dirigeant vers le bar, il prit un petit jus de fruit avec une touche de rhum, avant de s'installer dans un coin, pas trop visible. Le borgne hésitait a allé vers les gens et décida qu'il allait faire ses premières rencontres sur la plateforme virtuelle. Il enfila son Faunus, après avoir fini son verre et l'activa. Il replongea sur le jeu dont il avait lu les différentes règles, "The Lights Era".


Le professeur s'intéressait plus aux XVIIIè siècle, mais cette époque lui convenait toujours. Il naviguait sur les pages, acceptant les diverses indications, etc. Arrivé sur son personnage, il n'avait aucune idée et prit son propre physique avec cependant une tenue de l'époque. Le noir lui plaisait bien, cela faisait ressortir son oeil noisette. Il créa ensuite l'histoire du personnage, un jeune homme écossais ayant hérité de l'entreprise familiale de ses parents, se hissant toujours plus haut par l'exportation et l'importation en Amérique. C'était par cette entreprise qu'il devint aussi puissant que la plupart des aristocrates. Gardant tout de même des marques du siècle dernier, surtout au niveau du langage.


Tenue de Caremac :

d323d5fb00e7bf2062402af2f425c322.png


Caremac apparut dans une sorte de pièce, richement décorée. Le style lui rappelait bien le style anglais. Il fut appelé par un PNJ qu'il put identifier à l'aide de sa lentille. Celui-ci lui demandait de le suivre, vu qu'il était en retard. L'écossais avançait alors aux côtés du PNJ, s'approchant d'un groupe de quatre personnes, dont une femme se présentait. Le nouveau joueur sourit simplement s'avançant avec sa canne. Il se courbait en avant, levant son haut de forme, tout en se tenant sa cane dans sa main gauche, faisant un petit mouvement de main droite en guise de politesse.


- Enchanté, mademoiselle. Monsieur Caremac De Glasgow, pour vous servir, répondait-il d'un ton calme et chaleureux.

Le borgne se releva simplement, se tenant droit comme un piqué, attendant que les autres personnes se présentent...


[1d10]

Lancers de dés :
[1d10] = 2
0

RP posté le

Lucian était tranquillement debout, observant la fête, se disant que le jeu était magnifique et très bien fait, l'ambiance de la fête lui faisait oublier que c'était un jeu. Il observait les joueurs autour de lui, notant la une jeune femme et un autre homme, tout deux portaient des tenus distinguées montrant leur appartenance à la noblesse ou à la haute bourgeoisie tout comme lui.

Deux PNJ arrivèrent accompagné par d'autres joueurs, deux femme et un homme avec une canne, l'une jeune femme se présenta avec une jolie révérence, elles était toute les deux très jolies. L'homme fit de même, avec un salut. Lucian fit alors de même se présentant.

- Lord Lucian Varl.. Vanguard. de Manchester. Enchanté Miss Jane et Mister De Glasgow.

Il plaça une main sur son cœur et s'inclina avec grâce devant tout le monde pour les saluer, en commençant par Jane ,sublime dans sa robe d'un blanc pur, et les autres jeunes femmes comme le voulait la bienséance. Mais intérieurement, il se traitait d'idiot, il avait faillit se présenté sous son véritable nom.

- Cette fête est vraiment somptueuse, il est difficile de savoir que faire, je dois avouer ne pas être habituer à de telles fêtes.

Il était lui même rester dans son coin, se demandant comment aborder les autres joueurs, puisqu'ici tout était question de relation, et on ne parlait pas aux inconnus sans avoir été présenté au préalable par l'hôte de la fête.

0

RP posté le

ed715b6f58c61007060145bcb38e3ca8.png

L'officier de l'armée du Roy, encouragé par ce fameux PNJ qui avait presque supplié que tous puissent se mélanger et surtout faire connaissance, fit les quelques pas qui le séparait d'un groupe qui se formait déjà, puis, une révérence plus tard, réalisée avec le plus grand soin et avec une certaine extravagance de sorte de faire remuer le moindre morceau de dentelle de son costume...

- "Lord Edward Charles Clarence, officier de l'armée de nostre bon Roy, et troisième Duc de Newcastle."


Il adressa un sourire aux deux jeunes femmes présentes, une certaine Passion, et Jane, puis un signe de tête poli aux hommes présents. Une nouvelle révérence, bien moins protocolaire cette fois, puis il se recula de quelques pas, n'étant guère de ceux qui imposaient leur présence aux autres. Il leva son regard sur la lourde porte qui les séparait encore de la vaste salle du trône où le couple royal allait officier la cérémonie habituelle. Les mains jointes dans son dos, il attendit que les portes s'ouvrent pour présenter ses hommages au Roy et pour observer les débutantes faire leur entrée dans les hautes sphères de la société.


C'était tout de même un des instants de l'année les plus importants, c'était généralement là que les jeunes nobles, et moins jeunes d'ailleurs, se réunissaient pour découvrir les "bijoux" qui se présentaient à la Reine. C'est que par leur rang, le mariage était une réelle institution, et il n'était pas question de laisser une opportunité filer ainsi. Des rapprochements de familles, des dotes, des alliances et parfois même l'inverse, toutes ces choses s'ajoutaient joyeusement à cette cérémonie pourtant théoriquement toute innocente, mais la politique se répercutait même dans ce genre de rassemblement.

0

RP posté le

Soudain des scènes animées vous apparaissent ; des couples dansant tout autour de vous, une très jeune femme se faisant couronner, une scène romantique d’un couple batifolant dans l’ombre d’un salon de jardin puis se faisant surprendre et des discoureurs enflammés dans ce qui ressemble à un Parlement. Ces scènes s’enchainent alors qu’une musique les couvre puis une voix de fond :

« Vous voici dans l’antichambre de la salle du trône. Vous avez pu vous regrouper ici entre joueurs et commencer à interpréter vos rôles comme dans un didacticiel mais le jeu va débuter dans un instant ! Alors… Vous ne pourrez que vivre et ressentir ce que vos avatars vont expérimenter. Vos pensées de joueurs ne seront plus, une nouvelle expérience vous attend ! Vous lui avez créé un Background, une histoire et une personnalité qui en font une personne en tant que telle et vos réactions seront les siennes, faisant basculer votre personnalité réelle dans votre subconscient. »

Une page s’ouvre devant chacun de vous et y défile le préambule du jeu, différents personnages apparaissant sur le côté déclarant à voix haute ce qu’il y a d’écrit...



« Né et éduqué dans ce pays, je trouve ma gloire dans le nom de l'Angleterre »

Proclamation de George III


« Le Roi George III règne sur toute l’Angleterre. George William Frederick, de fait, est le roi de Grande-Bretagne, d’Irlande et de Hanovre. Nous sommes au 18ème siècle.

Diverses guerres ont et tourmentent encore notre siècle et les relations avec la France ne sont pas au beau fixe. Quand bien même, nos chères Ladies suivent toujours de près la mode française et n’ont de cesse de débusquer les meilleures couturières et employés de maison français même si cela n’est pas toujours bien vu. L’on dit que les français sont d’un vulgaire attractif et surtout les plus jolis libertins qui soit ! Nous, anglais, les trouvons obscènes et irrévérencieux mais tellement fascinants ! Nous parlons français en Société.

Comment vous dire qui nous sommes ? qu’elle est notre ADN ? … Il nous faut commencer par vous parler de notre bon roi George… Enfant timide mais un roi très apprécié. Il a conscience de la situation du petit peuple et a révolutionne l’agriculture. C’est un lettré et a abordé les sciences et des activités physiques ou artistiques. Collectionneur et mécène réputé. C’est un homme foncièrement pieux et son mariage avec la Reine Charlotte est un mariage heureux. Cet amour de notre Souverain pour le « saint » et les bonnes meurs d’étain sur notre mentalité même si elle est parfois qu’une affaire de faciès aux principes hypocrites.

La Haute Société est extrêmement codifiée et la conversation est tout un art ainsi que l’élocution et la posture. La moindre incartade peut ruiner la vertu d'une jeune fille ou déshonorer le nom d'un homme ou d’une lignée entière. Les mariages arrangés sont monnaie courante et d'une extrême importance, les jeunes filles sont notamment éduquées avec soin. Lors de mariages, les femmes apportent donc la dote et les hommes le nom et des enjeux politiques viennent aussi parfois se mêler de tout ça.

Nous sommes des Lords (ou des fils de). S’ouvrent alors pour nous les portes de la Chambre des Lords ou la porte des Clubs. Seul le droit ou une courte carrière militaire peuvent être envisagés. Les cadets quant à eux ont essentiellement deux choix de vie, soit s’engager dans l’armée, soit officier dans une paroisse. Parfois le professorat, l’industrie ou le commerce selon la bâtardise ou le nombre de frères ainés. Sinon la foi anglicane est ainsi fort importante et respectée comme tous ceux qui officient dans notre grande armée. Un homme à le droit d’entretenir une maîtresse (ou deux) tant que cela reste discret, le titre de maîtresse étant suffisamment respecté pour que cette dernière soit acceptée dans la Bonne Société.

Quant à nos femmes, elles ne touchent qu’au travaille de l’aiguille et aux arts tels que le chant ou le piano-forte, voire la peinture mais jamais à la cuisine ou quoi que ce soit qui les avoisinerait à des domestiques. Nous leur enseignons plusieurs langues telles que le latin et le français. Dans les familles les plus ‘excentriques’ ou dite, originales, elles peuvent s’intéresser aux sciences et aux lettres mais seront désignées péjorativement comme des « bas bleus ». Enfants, elles peuvent être envoyées en école pour fille et leur lecture est strictement contrôlée. On leur apprend au quotidien à bien se comporter plus que tout autre chose et ignorent tout du domaine de l’intimité. Nous aimons à préserver leur pudeur et avant le mariage quelques mots simples suffisent pour décrire le désagrément du devoir féminin. Les femmes nobles ne travaillent pas, les « vieilles filles » peuvent à la limite devenir gouvernante. »



[CONSIGNE : attendre le prochain poste du PNJ et lire les règles ici ]

0

RP posté le

6693e15cb192b04e9cfe7693c7a18440.png


Tandis que les voix se taisent, apparait une très belle jeune fille près des portes. Vêtue avec majesté, vous reconnaissez en elle la future Reine Victoria jeune. Elle est votre Maître du Jeu lorsque vous aurez besoin d’aide et son rôle est de vous immerger dans l’univers de The Lights Era, l’Ere des Lumières.

Elle vous sourit et avec grâce s’incline devant vous avant de vous montrer de sa main fine, les grandes portes qui s’ouvrent comme par magie sur la salle du trône. La foule s’y engouffre et une voix d’homme, forte et autoritaire, se fait entendre au fur et à mesure que les couples et familles pénètrent dans le saint des saints afin d’annoncer les grands de ce monde. Seules les jeunes filles en fleurs demeurent en retrait.

Vous voici au Queen's Charlotte Ball, le Bal des Débutantes qui a lieu tous les ans et ouvre la Saison, c’est-à-dire le calendrier mondain. Ici sont présentées à la cour les jeunes filles bien-nées. Généralement, les hommes à marier n’apprécient guère d’y assister et préfèreraient continuer à mener leur vie dissolue de Libertin. Ils sont d’ailleurs souvent poussés par leurs parents, car au nom de leur lignée, ils doivent bien un jour faire Grand Mariage !

Nous nous entendons donc bien sur le mot Mariage, pour une jeune fille et non Aventure. Alors attention aux faux gentlemans qui ne chercheraient qu’à corrompre l’innocence de nos jeunes demoiselles !

De fait cette innocence est symbolisée par la robe blanche qu’elles portent toutes lors de ce rituel nécessaire, ainsi que par les gants blancs et le diadème qui rassure les célibataires sur l’appartenance de ces jeunes filles au « même monde » qu’eux. Et puis ce bal permet aussi de financer des œuvres caritatives et d’affirmer l’honorabilité des jeunes filles et de leur famille.

Enfin, vous êtes introduite, noble jeune fille et alors que vous avancez, votre nom est annoncé avec faste. Les regards, à droite et à gauche, vous suivent jusqu’à ce que vous vous incliniez devant votre souverain le Bon Roi George III et son épouse Charlotte.




[CONSIGNE : A vous de poster !

Lien utile : Bal des débutantes]

0

RP posté le

[Clic music]

23fae2ca14081af3801e15241df97921.png

Nombre de filles âgées de seize à vingt ans piaillaient autour d’elle. Passion s’était éclipsée une petite minute dans le salon-vestiaire des femmes pour nouer correctement ses petits chaussons de danse. C’est que le bal suivrait les présentations. D’ordinaire le dîner faisait office d’entracte un peu avant que ce dernier ne débute. Il était hors de question évidemment de montrer ses chevilles en société, ni de modifier un nœud devant tous ! Alors ces demoiselles se devaient de passer par le petit salon pour se pomponner. Des domestiques se trouvaient d’ailleurs avec tout le nécessaire s’il fallait recoudre un bouton, ou remplacer un éventail. C’était aussi un lieu pour s’informer des derniers commérages…

Passion en sortit rapidement cependant, car elle avait hâte que cela passe. Non pas qu’elle n’appréciait guère la danse, en fait il s’agissait de son premier bal alors bien-sûr qu’elle désirait danser ! En revanche, le rituel de passage, cet amoncellement de pureté neigeuse symbolique de leur prétendument innocence l’irritait au plus haut point -son côté écossais très certainement. Passion De Clare percevait cet étalage comme une pièce de théâtre facétieuse, donnant aux jeunes filles à marier le rôle de bête de foire. Elle considérait de loin l’hypocrisie de ses camarades, parfois bien moins naïves qu’elles ne le laissaient paraitre. Ces dernières se lançaient des regards haineux, se considérant les unes les autres comme des concurrentes sur la grande place du mariage.

Quant à Passion, elle ne désirait que se faire des amies, se créer un environnement joyeux et distrayant, entrer dans l’âge adulte sereinement sans pour autant supporter le poids de son devoir. « Alors oui, se disait-elle en sortant du vestiaire. Je désire danser, pourquoi pas avec un joli galant mais pas me marier, pas encore… ». Alors qu’elle descend les escaliers de marbres, ses jupons de mousseline blanche en lèche les marches doucereusement. La petite brune se range dans la brochette des têtes mises en vente et son tour vient bientôt car voici les portes sont grandes ouvertes et la foule avide termine de s’y engouffrer.

Passion suit de pas trop près la fille blonde qui la précède, elle entend le nom de cette dernière être annoncé. Elle glisse à son tour à pas lent au centre de la salle majestueuse, sensible au son de froissement de ses jupes sur le tapis exotique. La tête et la poitrine haute, les mains nouées sur son ventre, les coudes écartés, le menton fier, le regard assuré. Passion déteste cette blancheur qui l’habit, elle voudrait du rouge, de l’impérial ! Quelque chose qui définisse son tempérament de feu. Passion sent les regards sur sa personne, pas nécessairement ceux des hommes mais aussi ceux des femmes qui la pèse, la juge. Non seulement le jugement des mères à la recherche d’une mère nourricière pour leur fils chéri, mais aussi celui des Ladies qui ont passé leur temps, ou qui ont pris amant et qui pourraient donc voir la nouvelle génération comme une menace. La foule discute librement entre elle, certains se chuchotent à l'oreille et les éventails font ballet.

La grande blonde s’est mise sur le côté, à son tour Passion amorce une profonde révérence devant le couple royal tandis que son nom est lancé à la volée :

« Miss Passion De Clare, fille du Marquis et de la Marquise de De Clare. »

La tête humblement baissée, après un temps correct qui met à l’épreuve son genoux, Passion se redresse et croise le regard de la Reine puis du Roi George III. Extraordinaire dans sa mise mais son sourire et son expression expriment une gentillesse désarmante. Passion s’incline à nouveau mais rapidement afin de s’écarter et se mettre à son tour sur l’un des côtés et baisser le regard avec humilité. Bientôt, elle sent la présence satisfaite de sa mère et de son père à ses côtés.

« Tu as été parfaite, lui dit-il. Tu nous fais honneur. »

Passion lève alors ses yeux d’ambre en lui offrant un beau sourire, se permettant de jeter un regard plus loin par curiosité.

0

RP posté le

Lucian avait observé les demoiselles faire leurs entrées dans le "beau" monde car c'était leurs moment à elle, les hommes venaient après, il les détailla une a une, trouvant certaines comme Miss de Clare très charmante, Une fois toutes les jeunes filles présentées, ce fût le tour des hommes a marié.

Devoir participé à cela ennuyait profondément Lucian, il n'avait pas envie de se marier maintenant et voulait se consacré à faire prospérer les affaires familiales maintenant qu'il avait finit sont temps à l'armée et laisser la guerre derrière lui, et depuis que son pére lui avait transmit son titre. Mais il se le devait pour sa famille, surtout en tant que fils unique, il fallait assurer la descendance, il avait tout de même prévenus ses parents qu'il n'allait pas épouser la première venue bien fortunée qui se présenterai, il voulait épouser une jeune femme avec une forte personnalité qui s'affirmerait.

Il s'engagea quand se fût son tour, bombant le torse et jetant à la salle un regard hautain, comme si tout se qu'il voyait lui appartenait. Le sénéchal le présenta alors, attirant ainsi l'attention sur lui.

"Lord Lucian Vanguard', Comte de Manchester"


0

RP posté le

ed715b6f58c61007060145bcb38e3ca8.png

- "Le Duc de Clarence."

Son nom annoncé par un de ces crieurs à l'entrée de la salle, le Duc ne se fit clairement pas attendre pour entrer et se mêler parmi les invités du Roy et de la Reine. Il y avait bien eu pourtant ce Lord qui s'était annoncé lui même, extirpant du visage si souvent inexpressif du Duc, un semblant de sourire. Vrai que ce n'était pas tous les jours que l'on avait face à nous des "avant-coureurs" comme ils aiment s'appeler. Fort à parier que bon nombre des nobles présents en salle l'aient rapproché au savoir vivre étrange de ces fichus françois.

Evidemment, la première des choses qu'il s'empressa de faire fut de présenter ses hommages à la Reine, ainsi qu'au Roy pour leur souhaiter longue vie ainsi que toutes les choses qu'il se devait de dire en présence du couple royal pour préserver sa place au sein de ses pairs et garder une bonne estime de la part du Roy, c'est ce qui faisait tout après tout. Une fois les quelques courbettes réalisées, il se contenta de rejoindre un coin de la grande salle, ignorant au passage bon nombre de personnes qu'il considérait évidemment comme inférieures de par leur rang, et complètement inutiles pour lui puisqu'ils ne pourraient ni lui apporter des alliances suffisamment intéressantes, ni une dote suffisante pour satisfaire ses projets.

La seule chose qu'il entendit tout simplement, c'est une voix familière. Il se retourna pour observer comme à son habitude ce qu'il jugeait et estimer intéressant, et il reconnut là le couple de Marquis de Clare. C'est vrai, il n'était pas illogique de les croiser ici, après tout ils avaient une fille. Il tourna la tête pour voir à qui ils s'adressaient, puis laissa quelques secondes se passer avant de s'incruster ni plus ni moins dans une discussion.

- "Vostre fille a bien grandi cher Marquis de De Clare, fort heureusement il semble qu'elle ait hérité de vostre épouse pour ce qui est de la beauté."

Il sourit de nouveau et inclina la tête vers le couple Marquis. Il les connaissait bien, puisqu'ils faisaient partis de ceux qui régentaient ses terres. Enfin... C'était pas exactement cela, mais disons qu'il avait un certain poids sur eux dû à son rang. Il salua d'une légère inclinaison du buste la fille présente, puis se retourna vers le père. C'est que cette jeune fille, il la connaissait aussi au final, mais cela faisait tellement d'années depuis la dernière fois qu'il l'avait vue, elle n'était encore qu'une enfant. La guerre et les affaires l'avaient tenus un long moment à distance de pas mal de choses, et c'était assez divertissant pour le Duc de Clarence de se remémorer certaines histoires du passé. Pour le moment de toute façon, il n'avait rien de mieux à faire.

0

RP posté le


20e60d16c1290a82a9b468850b103396.png

Jane se trouve alors en haut des grands escaliers de marbre, se tenant droite, elle affiché un léger sourire, pour ne pas laisser apparaître son anxiété face à tout se monde…

- Miss Jane de Devonshire !

Elle descendu doucement les grandes marches de marbre a l’appel de son nom, laissant glisser ses longs jupons blancs sur le sol, elle était calme et sereine et oublia rapidement tout son stress, n’écoutant aucune des femmes qui commencer déjà à jasé dans la salle.

La jeune femme était gracieuse et avait confiance en elle, elle avançait lentement, de façon harmonieuse jusqu’au couple royal.

Elle se stoppa arrivant à leurs niveaux, offrant le plus charmant des sourires ainsi qu’une révérence raffiné et sans défauts aucun.

- Vos majestés… Jane de Devonshire, unique fille du Duc de Devonshire.

Âpres avoir reçu un large sourire du couple royal, ainsi qu’un signe de la tête en guise de salue, elle s’éloigna, laissant la place au suivant, elle retrouve alors son père, qui lui pris ses mains dans les siennes pour la félicité.

Jane se tourne alors vers la salle, la scrutant du regard, en espérant y trouver quelque chose de réconfortant, une amie peut être ? Son cœur palpiter toujours plus…

0

RP posté le

Galvanisée par le roman qu'elle rédige dans son livre REV, Louise décide de pousser le jeu un peu plus loin. Dans son livre, elle a beau avoir le premier rôle, elle est toujours elle et ça, Louise ne le supporte pas. À la bibliothèque, elle a entendu parler de ce jeu où on peut incarner une princesse du XVIIIè S et la romantique qu'elle est n'a pas résisté à la curiosité et au secret espoir de vivre une passion historique dans le corps d'une femme riche, belle et désirable.

Alors Louise est revenue au salon Léto et la voilà en train de peaufiner son inscription sur The Light Era. La bibliothécaire prend plaisir à créer son avatar. Elle ne veut pas incarner une jeune écervelée. Mais elle sais qu'à partir d'un certain âge, une femme sans mari cesse d'exister. Comme elle se veut libre, libérée et désirable, Louise crée Hélène de Westbury, une noble, riche et jolie veuve de 28 ans. Louise redoute un peu les intrigues de cette époque et sait qu'hommes et femmes y sont impitoyables. Mais la peur qu'on se joue d'elle fait bien vite place à la curiosité. Après tout, n'est-elle pas là pour ça ?

0

RP posté le

[Clic Music]


Le regard d’ambre de Passion croise celui plus limpide d’une autre jeune fille qui semble avoir son âge. Son subconscient lui transmet une émotion familière de reconnaissance. Miss De Clare salut l’autre demoiselle d’un signe extrêmement discret de la tête et d’un très léger sourire afin de tisser un premier lien informel. Puis elle détourne le regard afin de ne pas se montrer impolie et fait mine de suivre la conversation entre l’homme qui s’était approché et ses parents.

De fait, Passion n’avait guère reconnu le Duc au premier abord. Elle s’était inclinée, le dos et la nuque roide mais les paupières baissées pour exprimer à nouveau sa naïve humilité afin de saluer le Lord. Comme il ne lui avait pas adressé directement la parole, Passion s’était simplement redressée, gardant ses mains, l’une sur l’autre devant son ventre. Elle laissait pendre négligemment son éventail en signe de désintérêt total bien que la présence de l’homme à ses côtés lui fît ressentir un certain malaise.

Passion n’ignorait pas la position importante du Duc de Clarence vis-à-vis de son père mais n’avait guère interprété l’affolement de sa mère en sa présence. En effet, elle ne cessait de faire battre son éventail en des gestes nerveux. D’ailleurs, son père ne pouvait plus guère en placer une car la Marquise faisait les éloges de sa fille :

« […] Savez-vous, Lord Clarence, que notre chère petite Passion joue magnifiquement du clavecin ? ...

``Comme la plupart des jeunes filles de mon âge, pensa l’intéressée en son for intérieur alors que son regard s’attardait à nouveau au-delà de son groupe. ``

« […] Sans compter qu’elle est aussi extrêmement douée pour la danse, d’ailleurs ne devriez-vous pas l’inviter avant que son carnet de bal ne soit plein ? … »

Cette fois, Passion dressa un sourcil en direction de sa mère, surprise de la presque impolitesse de cette dernière, puis leva les yeux vers le Duc afin de constater sa réaction, maintenant conscience de l’intérêt que porte sa génitrice envers ce dernier.

« Il va sans dire, monsieur le Duc, que notre petite Passion ne peut qu’avoir un succès fou du fait de sa grande beauté, ne croyez-vous pas ? Ajouta la Marquise dans un rire ridicule. »

Cette fois Passion frémit de honte et rougit, plus de colère que de timidité mais elle tenta de le maquiller en baissant les yeux sur son giron. Passion essayait d’ignorer les propos fort peu implicites de sa mère tentant de la pousser dans les bras du premier venu, aussi riche et puissant soit-il. La présence de l’homme se fit plus imposante à la jeune fille alors que la Marquise se faisait intarissable et Passion eu l’impression de ressentir son regard comme s’il l’avait touchée. Étrangement, un frisson la parcouru, d’effroi certainement…

C’est le passage d’une dame non loin d’eux qui fut salutaire à la jeune fille car la Marquise l’apostropha avec un petit cri de joie :

« Ah, Lady Westbury ! Vous êtes en tout point délicieuse ce soir, lance-t-elle sans vraiment trop la regarder. Vous aurais-je présenté le Duc de Newcastle, Lord Clarence, et voici ma fille, Miss Passion. Monsieur le Duc laissez-moi vous présenter Lady Hélène de Westbury, une Dame fort charmante ! »

La Marquise posa une main sur l’épaule de la femme qui semblait assez jeune encore et dont le visage enchanta Passion. Aussi, la jeune fille renouvela sa révérence avec un doux sourire.

« Ne pourriez-vous pas prendre ma petite Passion sous votre aile pas chère, et lui présenter quelques jeunes gens ? »

Pour faire taire sa mère, Passion s’exclame avec douceur en déposant ses doigts sur l’avant-bras de la jeune femme :

« Oh, je ne voudrais pas être un poids pour vous, bien que je sois bien-sûr enchantée de découvrir à vos côtés des gens de mon âge. »

Et toc ! Une remarque lancée comme si de rien à l’adresse du Duc comme pour lui signifier qu’il était trop vieux pour elle bien qu’elle ne vît dans la jeunesse, que des camarades de jeux. Un début de Menuet annonça que le bal allait enfin vraiment commencer et Passion en profita dans le mouvement de foule pour s’accrocher au bras de sa nouvelle amie désignée et lui sourit. Elle souffla à son oreille :

« Veuillez pardonner la fougue de mère, mes débuts la mettent fort en joie. J’étais sincère cependant, si vous pouviez m’extirper un instant de ses tentacules afin de me mener vers des horizons plus clairs. Tenez… Cette jeune fille là-bas, la connaîtriez-vous ? »

Passion lui désigna Jane du menton car cette dernière lui semblait fort appréciable.

0

RP posté le

ed715b6f58c61007060145bcb38e3ca8.png


Le duc avait finalement trouvé quelques personnes dignes de son intérêt. Peut être pas des masses non plus, mais suffisamment pour qu'il accepte de perdre un peu de son précieux temps à leur coté. Il s'agissait donc de ses vassaux et leur fille. Les De Clare pouvaient se montrer intéressant par les terres qu'ils possédaient. Le problème, c'est que lui, et bah il intéressait aussi, et surtout, les De Clare... Surtout la Marquise qui s'était embarquée dans une logorrhée verbale que le Duc dut écouter de but en blanc.

Du clavecin... douée pour la danse... Un grand succès auprès de la gente masculine ? Se rendait-elle compte au moins de ce qu'elle disait ? Le Duc restait silencieux, affichant parfois un sourire un peu gêné en regardant la jeune femme, puis la mère, puis le père, dans des ordres différents à chaque phrase de la Marquise.

- "N'aurait-il pas été plus simple de dire que vous avez une fille qui vous ressemble ?"

Voilà, on esquive habilement les questions et surtout la tentative de placement de leur fille pour une danse. Non pas qu'il était contre, mais visiblement, la jeune femme avait clairement besoin de couper le cordon ombilical avant de pouvoir penser à un semblant de relation possible avec un homme. Trop jeune peut être. D'ailleurs, lorsque la Marquise attrapa le bras ou l'épaule de Lady Westbury, il se permit un pas sur le coté. La remarque de la jeune De Clare avait fait sourire le Duc, et il n'y avait pas vraiment besoin d'en dire plus. Il se contenta de saluer poliment Lady Westbury puis en attendant que les deux femmes s'éloignent, il se tourna vers la Marquise et sans se dépeindre de son sourire, il reprit.

- "Nous verrons peut être l'année prochaine, je suis encore un peu trop jeune pour danser au bras d'enfants."

Il n'attendit point de réponse, une simple révérence qui n'attendait clairement pas de réponse, le ton avait été plutôt calme, mais le verbe suffisamment sûr pour montrer qu'il en avait terminé ici. En quelques mots, la jeune De Clare avait mis à mal ses parents face à leur Duc, et c'était un exercice que le Duc ne manquait clairement pas de relever, sa position l'obligeant, il ne pouvait laisser passer un quelconque signe en opposition à sa personne. Même si c'était sans aucune incidence, ni fait exprès d'ailleurs. Pour sûr, ce premier bal allait être une source d'apprentissage pour beaucoup de jeunes femmes.

C'est ainsi que le Duc s'éloigna du couple de De Clare et s'infiltra parmi la foule à la recherche d'autres personnes dignes d'intérêt, qui savaient pourquoi ils étaient là.

0

RP posté le

Ils regardaient d’un air amusé toute cette mise en scène futile que les anglais considéraient comme la soirée à ne pas manquer. Le duc et sa famille avaient été invité à y participer, plus par courtoisie politique que pour introduire la dernière des Campbell à la noblesse anglaise.

Colin n’avait toujours pas fait ses hommages au couple royal bien que la soirée fut déjà fort entamée. La nuit commençait à grignoter les quelques rayons qui parvenaient à percer les nombreux drapés qui pendaient d’un plafond sombre, ne se révélant que par des jeux de lumière.

-Ne devriez-vous pas trouver quelque partenaire pour la danse qui s’annonce ?

- Je ne puis m’annoncer près de jeunes femmes de la sorte…

- La bienséance anglaise est de coutume ici, mais un écossais se doit de se faire une place. De grâce, vous êtes le duc d’Argyll, mon fils.

Elle prit l’avant-bras du duc et ils traversèrent la foule de bonnes gens qui bavassent à tout va. Certes tous étaient bien vêtus, mais ils ne semblaient guère plus intellectuels que de la volaille en basse-cour. Chaque marquis et baron tentait de présenter leur fille au parti le plus intéressant qu’ils puissent atteindre.

L’écossaise ne put esquiver le bras d’un homme alors que celui-ci riait.

- Je suis affreusement confus, je ne maîtrise mes gestes, Lady…

- Duchesse d’Argyll. Ne vous excusez point mon cher, je doute que vous ayez prémédité un tel acte.

Elle lâcha un petit rire de convenance, de manière à apaiser la confusion du maladroit.

- Permettez-moi de vous présenter mon fils, le duc d’Argyll.

Celui-ci s’inclina légèrement, geste qui lui fut rendu en signe de bienvenue. L’homme se présenta comme étant marquis. Riche de terres, le couple ne tarissait pas de louanges envers lui-même, ainsi que sur leur jeune fille, Passion, qui avait fait son entrée plus tôt dans la soirée. Belle, souriante, Colin la trouvait fort séduisante, mais sa jeunesse florissante le retenait. Peut-être pouvait elle devenir une mie, avec qui ils discuteraient des heures sous un kiosque, ou entre deux visites, qui sait ?

0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>